AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (arcadio), still believe in magic.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
admin ›› power is power.
≈ hiboux envoyés : 157
≈ inscrit(e) le : 16/07/2014
≈ tes points : 215
≈ avatar : pedro pascal.
≈ autres comptes : jane, ruth et gemma.
≈ crédits : ava+ sil, sign+ sweet poison.
MessageSujet: (arcadio), still believe in magic.   Ven 19 Déc - 18:36

not ready to fall.



arcadio felis gartzes

NOM : Gartzes. PRÉNOMS : Arcadio, Felis. Des prénoms purement espagnols. ÂGE : quarante ans-trois ans. DATE ET LIEU DE NAISSANCE : le cadet des frères Gartes est né le 29 septembre 1940, à Peakshire. STATUT SOCIAL : marié à Annie Gartzes ; leur couple bat furieusement de l'aile depuis quelques années. Mais Arcadio n'est pas prêt à divorcer. STATUT DU SANG : de sang-pur. MAISON : ancien serdaigle - il est aujourd'hui le directeur de cette maison. NIVEAU D’ÉTUDES : Arcadio a obtenu tous ses diplômes ; passage obligatoire pour celui qui se prédestinait à devenir enseignant. EMPLOI : professeur de sortilège à Poudlard et directeur de la maison serdaigle. LIEU DE VIE : Godric's Hollow, il s'y est installé avec sa femme peu après leur mariage. Quelques personnes de son entourage pensent qu'il a trahi ses idéaux, et ceux de ses parents, en habitant dans un tel lieu. BAGUETTE : trente-quatre centimètres, en bois d'acajou et contenant une plume de phénix. Arcadio n'a jamais eu le moindre problème avec sa baguette qui a toujours été sa plus fidèle alliée. CRÉDITS : sweet poison (c)



GOLDEN CROWN


nothing left to say
001.  Les Gartzes, dont les idéaux extrémistes ont certainement fait le tour du monde, ont été victimes d'un attentat en août 1958 alors qu'Arcadio avait organisé une petite fête entre anciens élèves pour célébrer la fin des études. Les souvenirs sanglants qui en découlent ont poussé Arcadio à accepter la marque lorsqu'elle lui a été proposée. Il ne se battait pas spécialement contre les nés-moldus, mais plus contre les fous qui s'en prenaient aux gens qui ressemblaient à ses parents. 002.  A la suite de cet attentat, Arcadio épousa Annie Barlow - contre l'avis de ses parents qui, malgré l'infertilité supposée de cette fille et la présence constante d'un de leurs héritiers à leurs côtés, préféraient le voir dans les bras d'une jeune femme qu'ils auraient eux-mêmes choisi. La naissance de sa seule et unique fille, Lucrezia, fut alors une véritable surprise - et une source assez importante d’inquiétudes.   003. Arcadio ne l'a jamais avoué mais la célèbre Bataille de Poudlard lui a apporté bon nombre de cauchemars. Il se souvient encore de l'une de ses amies qui est morte dans ses bras et qui, en guise de dernier mot, a prononcé son prénom.  Fort de ce souvenir cauchemardesque, il a accepté la marque des Ténèbres quelques années plus tard, sous l'avènement de Voldemort. Il ne regrette que partiellement son geste - pourtant certain d'avoir fait le bon choix lorsque la question lui a été posée. 004. Si Arcadio craignait au départ de ne pas aimer sa fille (ayant entendu dire que certaines personnes préféraient se damner plutôt que d'embrasser leurs propres enfants), il est prêt à tout pour protéger Lucrezia. Et c'est dans le but de la préserver du courroux de ses grands-parents qu'il lui intima de les rejoindre – si Annie voit ça comme d'une trahison de sa part, Arcadio n'a exercé son influence que dans le but de protéger sa femme et sa fille d'une éventuelle vengeance. Lucrezia est désormais le moyen le plus utile des Gartzes pour créer des liens entre les différentes familles et conserver la pureté de leur lignée. 005. Arcadio a été élevé au sein d'une famille de sang-pur espagnole qui ne laissait rien au hasard. Tout était droit, froid, millimétré. Bien conscient de cela, Gartzes ne parvient toutefois pas à aller au-delà de son éducation ; rien ne doit traîner, aucun mot ne doit être dit de travers. Ce n'est qu'en compagnie de sa femme qu'il parvient à se détendre et à ne pas forcer son rire. 006. Il hausse rarement la voix mais, lorsque son ton monte, mieux vaut rester muet et le laisser s'égosiller.   007. Bon vivant, il sait rire de tout ce qui l'entoure mais, depuis le départ de sa fille, Arcadio se fait plus lent dans ses réactions. Il rit toujours avec quelques secondes de retard, l'esprit concentré sur tout autre chose. 008. Ancien serdaigle, Arcadio était un bon élève. Il passait sa vie dans les bouquins, considérant les autres activités comme futiles. Heureusement, certaines personnes parvenaient à le tirer hors de ses lectures pour l'emmener à Pré-au-Lard ou lors des matchs de Quidditch. 009. Professeur de sortilège, Arcadio essaie de faire preuve d'une grande rigueur - mais son esprit est souvent tourné vers son couple qui bat de l'aile ou vers sa fille qui doit sacrément déguster en compagnie de ses grands-parents. Il n'est plus que l'ombre d'elle-même, absorbé par son chagrin qui prend davantage d'ampleur au fur et à mesure des jours écoulés. 010. Depuis peu, il se surprend à boire plus que de raison ; il sait que cela s'atténuerait si seulement il prenait la peine de dormir à Poudlard plutôt que de s'évertuer à rentrer tous les soirs chez lui. Il pense pourtant que de se raviser et d'occuper une petite chambre à Poudlard serait comme baisser les bras face au désarroi que connait son couple en ce moment.

We are only as strong as we are united, as weak as we are divided.

I. que pensez vous de Voldemort et des mangemorts ?
S'il l'un représente son Maître, Arcadio n'a jamais été un mangemort particulièrement chevronné. Il porte la marque en souvenir de cet attentat orchestré à l'égard de sa famille, en souvenir de ces hommes qui ont souhaité la mort des Gartzes – il a intégré les rangs du Lord pour contrer l'Ordre du Phénix, des assassins sous couverture. Il a reçu la marque peu avant la disparition de Voldemort et l'a longtemps cachée à sa femme ; oh, elle ne sait toujours pas qui est véritablement son mari mais vu qu'il dort sur le canapé depuis le départ de leur fille, il n'a plus à s'en préoccuper. Depuis peu, il ressent comme un mouvement du côté des mangemorts mais la vengeance a un goût amer. Sa vie est un véritable bordel, il n'a pas besoin en plus d'un retour en force de l'homme sous lequel il s'est assujetti, sinon sa femme ne le lui pardonnera sûrement jamais.


II. que pensez vous de Dumbledore et de l'odp ?
Étrangement, s'il ne porte pas l'Ordre du Phénix dans son cœur – puisqu'il juge quelques personnes liées à cette organisation responsables de beaucoup de morts lors de l'attentat qui a touché le manoir des Gartzes –, Arcadio respectait Dumbledore. Après tout, ce n'était pas sa faute s'il s'était entouré d'idiots et de meurtriers. Consumé par l'envie de vengeance, l'homme a commencé à percevoir les membres du Phénix sous un tout nouvel angle, celui de créatures particulièrement cruelles. Cette question de point de vue a tout changé dans sa vie et, toujours persuadé de faire le bien, Arcadio a été réduit au silence et a malheureusement fait tous les mauvais choix. Souvent, il regarde la Marque des Ténèbres et se demande s'il ressentira de nouveau un brûlure cuisante dans son avant-bras – tout en lui espère que ça ne sera jamais le cas, car l'envie de réduire l'Ordre du Phénix en cendre s'est diluée au moment même où le Lord s'est évanoui dans la nature.


ophée ophélia 21 yo


PAYS : le pays de la palourde. FRÉQUENCE DE CONNEXION : 5/7j. VOTRE AVIS SUR PF : il est bô. COMMENT AVEZ VOUS CONNU LE FORUM : par Dieu. PERSONNAGE : inventé. CÉLÉBRITÉ : Pedro Pascal. CRÉDITS : + tumblr, sweet poison VOYEZ VOUS DES CHOSES A AMÉLIORER ? : si vous pouviez me faire à manger, ce serait gentil  :a:  UN DERNIER MOT ? : vive vive vive les gros nichons  :rainbow:  


_________________


Dernière édition par Arcadio Gartzes le Mar 13 Jan - 20:22, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
admin ›› power is power.
≈ hiboux envoyés : 157
≈ inscrit(e) le : 16/07/2014
≈ tes points : 215
≈ avatar : pedro pascal.
≈ autres comptes : jane, ruth et gemma.
≈ crédits : ava+ sil, sign+ sweet poison.
MessageSujet: Re: (arcadio), still believe in magic.   Ven 19 Déc - 18:36

It matters not what someone is born, but what they grow to be.





   
   
   

– the same mistake again –
and once again I cannot sleep.

MANOIR DES GARTZES, PEAKSHIRE, ANGLETERRE (AOÛT 1958) ★ Étouffant un hurlement, Arcadio se jeta à terre, ses mains crispées autour de son crâne. Sa baguette roula à quelques mètres d'elle. Doucement, presque timidement, il releva son visage meurtri et constata l'ampleur des dégâts. Le souffle haletant, il rampa sur le sol crasseux, tendit le bras et fit glisser sa baguette entre ses doigts tremblants. Il se redressa et, les jambes flageolantes, continua sa quête. Il dévala les escaliers, courut jusqu'à la salle de réception. La jambe droite raidie, il tomba à genoux dès qu'il passa les doubles-portes, provoquant quelques exclamations de la part des autres convives. La crinière brune de l'une de ses amies apparut dans son champ de vision et, braillant des obscénités à qui voulait bien la soutenir, il se traîna jusqu'au corps fiévreux d'Heloïse. Arcadio posa sa main sur l'une de ses joues, caressant sa pommette rougie en un geste quasiment paternel. « Helo-Heloïse ? » balbutia-t-il. L'interpellée entrouvrit les paupières, esquissa un sourire forcé « Je ne t'attendais plus depuis longtemps..c'était une belle fête, très b-belle fête » Annie ne fit même pas l'effort de se redresser, ses boucles brunes formant une auréole presque divine autour de son visage pâle « Heloïse, tu..tu sais où est Annie ? » l'air hagard, elle ne répondit pas, son souffle s'amenuisant alors que la bataille prenait davantage d'ampleur. Elle va mourir. A moitié-couchée sur sa comparse, ses doigts se glissèrent autour de ses épaules frêles, la forçant à se redresser. Heloïse poussa un cri de souffrance. A l'instar d'un père aimant, Arcadio se plaça derrière Heloïse, l'appelant à poser l'arrière de son crâne contre son torse suffocant. Ce tableau tragique rappelait un homme éploré et son enfant. L'entourant de ses bras, le brun berçait son amie. « Tu pleures ? » « Non. » la voix brisée d'Arcadio indiquait totalement le contraire de ce qu'elle voulait faire passer comme message. « Arr-arrête de chialer » la respiration d'Heloïse devint sifflante puis inaudible. « Arrête de chialer et dégage d'ici, va-va retrouver Annie et-et, oh non, Arcadio, non – je ne-je ne veux pas m-mourir » ses lèvres se teintèrent de sang, une goutte carmin roulant le long de son menton « A-Arcadio » elle renversa sa tête en arrière, considéra un instant le visage tuméfié, incrédule, de son ami. Et elle sourit. Dans ses yeux, l'éclat qui les habitait s'éteignit. Poussant un hurlement d'horreur, Arcadio posa ses lèvres contre la tête de son amie, seule barrière qui parvenait à étouffer ses pleurs.

Il courrait. Les sortilèges continuaient à fuser tout autour d'elle mais Arcadio n'en avait cure - le visage d'Heloïse, marqué par un ultime sourire, le faisait sangloter. Dès que son pied douloureux se posait sur le sol, il avait l'impression que sa jambe menaçait de se dérober. Retrouver Annie, retrouver Annie. Cette idée, presque chantante, l'obsédait. Les larmes humidifiaient ses joues et mourraient à la commissure de ses lèvres fendillées. Un nouveau cri passa ses lèvres lorsque quelqu'un la poussa sur le sol, lui évitant de justesse d'être la cible d'un Avada. Il tomba à genoux, serrant les mâchoires afin de retenir le moindre sursaut de sa part. Il releva les yeux et la vit. Annie. La vague de soulagement laissa finalement place à une colère presque meurtrière. Car telle était leur relation ; ils s'appréciaient, oh non – en ce qui concernait Arcadio, il faisait bien plus que de simplement l'apprécier, mais il s'agissait d'un jeu entre eux. Toutes ces disputes, ces chamailleries – ces querelles qui visaient à savoir qui avait marqué le but gagnant lors du dernier match entre Poufsouffle et Serdaigle (le joueur de Serdaigle évidemment). « Espèce de...de..pauvre idiote ! » s'égosilla-t-il en se redressant. Les yeux écarquillés, Annie semblait se demander quel genre de monstre elle avait bien fini par réveiller. Elle arqua un sourcil. « Enfin, Arcadio, tu crois vraiment que c'est le moment ? » Il lui attrapa la main, l'attira à lui. Dans un élan de béatitude, il avait voulu l'embrasser mais... non. Le moment venait visiblement de passer. Il se détourna d'elle et entama une course effrénée, tirant Annie à sa suite.

Il se souvenait des explosions et des hurlements effrayés. Des opposants à l’oppression. Des fous qui avaient décidé de se manifester le soir de cette petite fête organisée à l'occasion de la fin des études de sa promotion. C'était en août, il faisait chaud. Le manoir Gartzes avait subi des attaques de sorciers trop propres sur eux pour attaquer en plein jour ; ils avaient tué des innocents, d'autres qui l'étaient moins. Il avait épousé Annie quelques mois plus tard parce qu'elle n'y était pour rien - mais il n'avait jamais oublié le regard fixe, statique, d'Heloïse. Lorsqu'il lui fut proposé d'obtenir la marque des Ténèbres, il l'accepta volontiers - il vengeait l'esprit de son amie, tuée dans la fleur de l'âge.



   
   
   

– and I just got broken –
broken into two.

MAISON DES GARTZES, GODRIC'S HOLLOW, ANGLETERRE (DECEMBRE 1960) ★ « Je suis enceinte. » Les mâchoires serrées, Arcadio sentit son coeur se déchirer. Il contemplait le liquide ambré qu'il faisait remuer dans son verre. Il en avala le contenu en quelques secondes, déposant violemment son récipient translucide sur la petite table basse. Sa femme la toisait sans mot dire. Elle se rapprocha de lui. Ce n'était pas prévu, voulait-il faire remarquer mais, la gorge nouée, aucun son ne parvenait à passer la barrière de ses lèvres closes. Il avait toujours pensé qu'elle était incapable d'avoir un enfant, c'était pour cela que ses parents (dont l'objectif avait toujours été de purifier leur lignée) n'avaient pas rechigné face à son mariage. Oh, bon nombre de critiques l'avaient heurté et, s'ils l'avaient pu, ils auraient préféré marier leur fils à une autre sorcière. Sa femme était stérile et ce n'était pas un secret dont elle se cachait. La fibre paternelle ? Foutaises. Cajoler un enfant, le voir grandir, l'élever – un travail dont il était heureux de se passer. Il n'y avait plus que lui. Lui et Annie. Désormais, ils étaient sur le point d'être trois. Fébrile, il se redressa et posa sa paume libre sur son ventre encore plat. « Je, je suis pas prêt » il déglutit, vaguement conscient de n'être qu'une monstre « J'ai peur, je sais pas comment m'y prendre avec les enfants, imagine s'il ne m'aime pas ou si » Interrompu par un baiser, Annie s'était redressée et étreignait désormais ses lèvres. Posant sa main sur la joue de poupon de sa femme, son pouce caressait sa pommette humide. D'habitude, rares étaient les fois où ils ne se chamaillaient pas – c'était un jeu qui perdurait depuis Poudlard et un tel silence était inhabituel. Leurs lèvres se quittèrent enfin et Annie posa son front contre celui d'Arcadio. « Si je te dis que tout ira très bien, est-ce que tu feras l'effort de me croire ? » Le jeune homme enlaça le cou de son époux, l'attirant contre lui alors qu'il était encore assis dans le fauteuil. Elle s'effondra sur lui, se laissant faire. Elle s'accrochait à chaque parcelle de peau, à chaque morceau de tissu. Elle enfouit son visage larmoyant dans le creux de son cou. « Je peux toujours essayer. » Étouffant un rire, Annie se glissa à ses côtés, sur le flanc pour ne pas l'écraser. Ses lèvres glissèrent le long de son oreille tandis que sa main rejoignait celle d'Arcadio qui reposait sur son ventre.

« Tes parents seront ravis d'apprendre la nouvelle. » Arcadio poussa un soupir exagéré, plissa ses paupières et toisa sa femme de son regard incandescent. A croire qu'elle lisait dans ses pensées – il ne pouvait pas ignorer l'ironie que dégageaient ses propos, ni même cette sorte d'amusement qu'il pouvait lire dans ses prunelles. Décidant de ne pas souffler mot, se réservant de la moindre remarque, le jeune homme posa sa joue contre l'épaule d'Annie. Ses parents avaient consenti à ce mariage – mais l'arrivée d'un enfant changeait le résultat de cette union fortuite. Encore ébranlé par l'annonce de sa grossesse, Arcadio se mordit la lèvre inférieure, toujours aussi sérieux. Il connaissait ses géniteurs mieux qu'Annie et il ne voulait pas prendre le risque de ne pas prendre au sérieux leurs idéaux ségrégationnistes. « Ne te moque pas d'eux. » siffla-t-il finalement, incapable de mettre le moindre mot sur son ressenti. Mais cette sensation désagréable, qui n'était sûrement pas du fait de l'enfant à venir, résidait dans son estomac et ne le quitterait sûrement pas de sitôt. Au final, Arcadio se sentant perdant – l'arrivée d'un enfant, d'un bébé qu'il aurait sûrement peur de lâcher, bouleversait tous ses plans. S'étant fait à l'idée qu'il n'aurait jamais d'autres bouches à nourrir que la sienne et celle de sa femme, le sorcier considérait la situation sous un jour nouveau. L'aurore d'une nouvelle vie. Et si je ne l'aimais pas ? Les yeux exorbités, Arcadio voyait se jouer sous ses yeux une scène dont il ne parvenait pas à capturer l'essence ; était-ce son destin ou bien un fantasme particulièrement horrifique ? Il avait entendu dire, non – au contraire – il savait, que certaines personnes ne parvenaient pas à aimer ces petits êtres qui assuraient pourtant leur descendance. Non, il n'était pas prêt – ô non, loin de là. En réalité, quelques mois plus tard, alors qu'il tremblait encore en regardant sa femme ployer sous l'effort, il le sut. C'était une évidence. Comment pouvait-il ne pas aimer son enfant, sa petite fille, aux grands yeux sombres ? Tout était réel. Cette douleur lancinante qui lui tordait les entrailles, les larmes qui roulaient le long de ses joues, les pleurs déchirants de Lucrezia. C'est réel, réel, réel - oh Merlin, pensa-t-il. Si ses doutes et ses peurs les plus intimes n'étaient rien de plus que d’écœurantes chimères, qu'en était-il de ses peurs véritables ? Celles qu'il pouvait apercevoir en se rendant au manoir des Gartzes, lorsque ses parents le toisaient de haut en bas, glissant qu'il ressemblait de plus en plus à sa sang-de-bourbe de femme.



   
   
   

– so hold my hand –
it's the house telling you to close your eyes.

MAISON DES GARTZES, GODRIC'S HOLLOW, ANGLETERRE (DECEMBRE 1979) ★ « Tu as fait quoi ? » Arcadio se raidit. « Je lui ai dit d'aller habiter chez mes parents. » Il baissa les yeux quelques secondes, les releva. Il esquissa un pas vers Annie mais celui-ci, d'un simple mouvement de la main, l'interrompit dans son ascension. Pour la première fois depuis bien longtemps, il perçut une colère froide dans son regard clair. Aussitôt, Arcadio se sentit coupable. Offrir Lucrezia sur un plateau d'argent était loin – bien loin – de ce qu'il voulait faire.  Il sentait la marque des Ténèbres le brûlait ; mais plus sous le poids de sa sottise que sous le joug de l'appel de ce Maître devant qui il s'était incliné. Les menaces de ses parents taquinaient encore ses oreilles discrètes. Si tu ne veux pas que ta fille épouse un homme de bonne famille, peut-être qu'on devrait se débarrasser d'elle et de sa sale sang-de-bourbe de mère. Lucrezia n'était rien de plus qu'un bon moyen de purifier la lignée des Gartzes – ses préférences, ses amourettes adolescentes, ses grands-parents n'en avaient cure. « Annie, si tu pouvais juste » il se mordit la lèvre, retenant ses larmes « écoute-moi simplement. » il se tordit les mains, clairement gêné par la situation qu'il avait provoquée, bien décidé à ne pas évoquer les menaces claires de ses propres parents. Il savait que cela ne tarderait pas à briser son couple, chose qu'il ne pouvait pas supporter. « Mes parents peuvent lui offrir quelque chose de...oh par Merlin, Annie, tu es une fille de moldus ! Où penses-tu que Lucrezia ira avec ça ? » demanda-t-il alors très froidement, se cachant derrière un mur de glace et de reproches contenus. De son statut de sang, il n'en avait cure mais rien ne pouvait l'arrêter. « Mes parents peuvent lui offrir un beau mariage, une bonne situation. » ajouta-t-il en désespoir de cause. Annie, de marbre, posa seulement une question « Sous-entendrais-tu que nous n'avons pas eu un beau mariage ? » avant de prendre congé. Raide, Arcadio tendit sa main, saisit son verre, avala son whisky. Cela ne fut toutefois pas assez puissant pour refréner les battements de son coeur. La décision d'Arcadio, ou du moins son ardeur à pousser Lucrezia entre les griffes des Gartzes, eut finalement raison de son mariage. Oh, ils n'étaient pas séparés mais ils n'en étaient sûrement pas loin. Les vieilles querelles refaisaient surface – celles à propos des équipes de Quidditch à Poudlard, par exemple – et souvent, Arcadio dormait sur le canapé plutôt qu'en compagnie de sa femme. Il aurait évidemment pu regretter ses gestes mais non, rien ne semblait susceptible de le faire se rétracter.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
admin ›› power is power.
≈ hiboux envoyés : 1079
≈ inscrit(e) le : 19/07/2014
≈ tes points : 905
≈ avatar : adelaide kane.
≈ autres comptes : salomon, narcissa et pis robb, les trois choux à la crême
≈ crédits : @foxes (avatar), tumblr (gifs), uc (quotes).
MessageSujet: Re: (arcadio), still believe in magic.   Ven 19 Déc - 19:44

PROUT PAPA POURRI :fire: :ghé:

_________________


breathe in the light and say goodbye ≈ since I was young, I knew I'd find you, but our love was a song sung by a dying swan. and in the night you hear me calling, you hear me c a l l i n g. and in your dreams you see me falling. breathe in the light, I'll stay here in the shadow waiting for a sign, as the time grows.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
admin ›› power is power.
≈ hiboux envoyés : 157
≈ inscrit(e) le : 16/07/2014
≈ tes points : 215
≈ avatar : pedro pascal.
≈ autres comptes : jane, ruth et gemma.
≈ crédits : ava+ sil, sign+ sweet poison.
MessageSujet: Re: (arcadio), still believe in magic.   Ven 19 Déc - 19:49

RESPECTE MON AUTORITÉ :ghé:

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
admin ›› power is power.
≈ hiboux envoyés : 1079
≈ inscrit(e) le : 19/07/2014
≈ tes points : 905
≈ avatar : adelaide kane.
≈ autres comptes : salomon, narcissa et pis robb, les trois choux à la crême
≈ crédits : @foxes (avatar), tumblr (gifs), uc (quotes).
MessageSujet: Re: (arcadio), still believe in magic.   Ven 19 Déc - 19:54

AUTORITÉ KAKA :boude: :fuck:

_________________


breathe in the light and say goodbye ≈ since I was young, I knew I'd find you, but our love was a song sung by a dying swan. and in the night you hear me calling, you hear me c a l l i n g. and in your dreams you see me falling. breathe in the light, I'll stay here in the shadow waiting for a sign, as the time grows.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: (arcadio), still believe in magic.   

Revenir en haut Aller en bas
 

(arcadio), still believe in magic.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» le roi des magic babies: quel est votre magic baby préféré?!
» Magie Noire (Black Magic)
» ** Les Magic Babies de Ptepuce mise a jour p.2 !! **
» A propos des noms des Magic Babies
» Magic Lord & The Mighty Drakkars
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Preasidum Facere :: ON THE MAGICAL WORLD :: the sorting hat :: hogwarts express-
Sauter vers: