AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (reagan) ○ they used to shout my name now they whisper it.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
membre ›› This Sorrowful Life
≈ hiboux envoyés : 580
≈ inscrit(e) le : 15/01/2015
≈ tes points : 541
≈ avatar : lily collins.
≈ autres comptes : aucun.
≈ crédits : Manhattan Kaboul (ava)
MessageSujet: (reagan) ○ they used to shout my name now they whisper it.   Jeu 15 Jan - 23:47

I was in the darkness, So darkness I became.



reagan nymeria yaxley

NOM : si vous prenez le temps de parcourir le célèbre registre des familles de sang pur et si vous laissez votre regard se perdre jusqu'au bas de la liste alors vous tomberez naturellement sur ce patronyme prestigieux. Yaxley. Si elle n'éprouve aucune honte à porter ce nom de famille, on ne la verra jamais s'enorgueillir plus qu'il n'en faut de son appartenance à ce lignage. Pourquoi insister sur ce qui est incontestable ? Abberline est le nom de famille de sa mère, une petite lignée de sang pur dont le patronyme a finalement disparu le jour du mariage de ses parents.  PRÉNOM(S) : il y a d'abord Reagan, tranchant et dépourvu de toute chaleur. Prénom choisi avec soin par ses grands-parents et son grand-père particulièrement. Prénom mixte et lourd de sens, il prend tour à tour des significations diverses mais singulièrement nobles, toujours pour une Yaxley, il se barde d'atours pompeux et fatalistes d'une gamine née pour diriger. Ensuite, il y a Nymeria, gorgé d'une douceur qui ne lui manque que trop, choisie par une mère décidée à asseoir la féminité de sa fille et d'une grand-mère déterminée à en faire une guerrière. Et puis, c'est tout. Il n'y a pas de petits surnoms affectueux ou de sobriquets gagnés par de quelconques exploits. ÂGE : vingt-deux ans, elle a encore toute la vie devant elle. C'est un âge où l'on a soif de liberté et elle, plus que personne, connait et nourrit ce feu hardent qui menace de la consumer jour après jour. Ce n'est pas faute d'avoir essayé de l'étouffer pourtant. Vingt-deux ans et la ferme intention de recouvrer une autonomie, de couper les fils qui l'attachent aux mains de fer de parents trop exigeants, trop intrusifs.  DATE ET LIEU DE NAISSANCE : Reagan est née par une orageuse nuit d'été, le sept juillet 1961, dans la demeure familiale située à Thurkelham.  STATUT SOCIAL : Célibataire. Cependant Reagan n'a jamais vraiment eu la naïveté de penser que sa famille ne chercherait pas à lui trouver un bon parti à épouser. Elle ne peut pourtant cacher la réticence qui l'habite face à des fiançailles qui ne tarderont pas à arriver. Elle vit chaque grand banquet avec l'insidieuse peur de se découvrir enchaînée à l'une ou l'autre tête blonde.  STATUT DU SANG : Pur, sans le moindre doute. Les Yaxley se targuent d'appartenir aux vingt-huit sacrés. Tout écart serait sévèrement puni et inimaginable. MAISON : Serpentard, elle devait rattraper l'affront d'une aînée trop téméraire, trop volatile. Quoi de plus normal à ses yeux que de suivre les pas du célèbre Salazar Serpentard ? Si embrasser les couleurs vert et argent lui permettait de satisfaire ses parents, cela n'était qu'un plus. Elle y a vécu ses plus belles années. Difficile à croire quand on sait que ses parents envisageaient de l'envoyer à Durmstrang afin d'éviter que leur cadette ne suive les pas de sa sœur.  NIVEAU D’ÉTUDES : Reagan a quitté Poudlard en obtenant toutes ses BUSES et ses ASPIC. Impensable, miraculeux cancaneront les plus sots. Mais ils n'auraient pas tort dans le fond. Reagan ne s'était jamais illustrée en cours, élève discrète, dissipée, paresseuse, accordant péniblement la moindre attention aux paroles des professeurs mais se donnant à cœur joie dès qu'il s'agissait de bêtises. Jusqu'à un déclic, lors de sa troisième année où tout changea, certains avanceront une crise d'adolescence bénéfique, d'autres une soudaine prise de conscience...pour ce qu'ils en savent.  EMPLOI : Exploratrice, chasseresse de reliques et autres trésors qu'elle revend au plus offrant, elle fait souvent affaire avec la boutique Barjow & Beurk qu'elle a souvent fréquenté plus jeune. En choisissant ce style de vie, elle va à l'encontre totale des choix que ses parents avaient faits pour elle. Elle le sait et c'est principalement pour cette raison qu'elle a choisi d'exercer ce métier. Mais il lui offre également le risque, l'adrénaline et surtout la liberté. LIEU DE VIE : Reagan fait la navette entre la luxueuse demeure des Yaxley, à Turkellham et le petit appartement qu'elle occupe, situé au-dessus d'une boutique de l'allée des embrumes. . BAGUETTE : Trente centimètres et demi, bois de Tremble, ventricule de dragon, légèrement flexible, elle est particulièrement sensible aux sortilèges informulés. Férue de duel, elle est sa plus fidèle compagne, Reagan ne la quitte jamais.CRÉDITS : weheartit (header), Rivendell (avatar)  



Golden Crown


nothing left to say
001. Si Reagan porte la marque de la milice du terrible mage noir, cela ne fait pas d'elle une mangemort à part entière. Elle a beau partager les pensées et les idéaux des sang pur, elle ne risquerait pas sa vie à se battre pour un maître au statut de sang inférieur au sien. Son adhésion même aux fidèles du seigneur des ténèbres n'est qu'une pure mascarade destinée à satisfaire une nouvelle lubie de ses grands-parents. 002. Reagan n'a jamais l'air d'être ébranlée par quoique ce soit. Des années de remontrances maternelles ont fait d'elle une poupée sans émotion. Il faut de ce fait creuser profondément pour  espérer y déceler ses véritables pensées. L'occlumancie n'aidant pas, l'esprit de la sorcière s'érige en forteresse imprenable. Elle a également tendance à éliminer ce qu'elle pense être du superflu. Ainsi, elle ne croit guère au bonheur et encore moins en l'amour. 003. Si elle a pu faire parler d'elle à Poudlard pour son poste de poursuiveur dans l'équipe de sa maison, c'est au club de duel qu'elle s'est brillement illustrée. Ses grands-parents ont voulu faire d'elle une guerrière, on peut dire qu'elle a rendu justice à leur enseignement. 004. A Poudlard, Reagan a gardé la réputation d'une élève dissipée et paresseuse. Marqués par ses deux premières années, certains ont tendance à oublier qu'elle a fini son cursus avec toutes ses BUSES et toutes ses ASPICS. 005. Reagan a appris à parler le russe quand elle était jeune alors qu'elle pensait passer sa scolarité à Durmstrang. Elle en garde de bonnes bases qui lui servent beaucoup, notamment dans son métier de chercheuse de trésor. 006. Reagan est très douée lorsqu'il s'agit de nier des éléments qui ne l'arrangent pas. Ainsi, elle a entretenu une relation d'amitié très forte avec un né moldu et ce durant sept ans en évitant soigneusement d'aborder le sujet et sans jamais s'afficher en public.   007. Depuis qu'elle parcourt le monde à la recherche de trésors en tout genre, et que, de ce fait, elle n'est plus sous l'influence directe de sa famille, elle a du mal à saisir les nuances de la situation actuelle. A vrai dire, elle se sent de moins en moins concernée par le conflit. 008. Reagan entretient une relation extrêmement conflictuelle avec sa grande-sœur, entre amour et haine. La plus jeune ne parvient pas à cacher son amertume et tous les ressentiments qu'elle éprouve à l'encontre de son aînée. Pour elle, elle a tout simplement été abandonnée. 009. La Yaxley n'a que très peu de véritables amis, elle peut les compter sur les doigts d'une main. Cependant, elle entretient bien les relations partagées avec les sang pur, sachant pertinemment que les faire fructifier fait partie intégrante des jeux de pouvoir. 010. Les années passées à Poudlard sont, à ses yeux, ses plus beaux moments. Elle ne s'est jamais sentie aussi à sa place qu'au sein de la maison des vert et argent, bravant le règlement à leur côté, se battant pour remporter la coupe des quatre maisons. Serpentard dans l'âme, Reagan est ambitieuse et rusée. 011. Reagan a toujours préféré l'allée des embrumes à l'agitation du chemin de travers. La ruelle et ses magasins ont toujours exercé sur elle une attraction étrange. D'ailleurs, elle a fini par y louer un appartement juste au-dessus de l'une des boutiques.

We are only as strong as we are united, as weak as we are divided.

I. que pensez vous de Voldemort et des mangemorts ?
Comme toute sa famille (ou presque), Reagan partage les idéaux du célèbre et terrible mage noir. Elle peut paraître modérée dans sa façon de se comporter mais il n'en est rien. Elle n'éprouve par exemple pas le besoin de fanfaronner quant à la pureté de son sang mais elle est persuadée que les nés moldus n'ont rien à faire dans le monde magique et que les unions mixtes sont une abomination pour le monde sorcier. De ce fait, elle approuve les mesures radicales prises par le mage noir et ses fidèles. Toutefois, elle a un avis différent et probablement dangereux sur le maître des ses parents. Elle n'a aucun mal à reconnaître qu'il a été l'un des sorciers les plus puissants de son temps si ce n'est le plus puissant d'ailleurs. Seulement, elle est loin de penser que ce dernier est un chef légitime. En tant que véritable sang pur, elle n'apprécie que moyennement qu'un sang mêlé vienne lui dicter sa conduite et s'autoproclamer tête pensante. Comment pourrait-elle avoir confiance en un sorcier qui s'est d'abord cru menacé par un nourrisson pour ensuite se laisser avoir par un vulgaire bébé, et qui a lui-même le sang souillé ? Elle espère donc que les rumeurs sur son prochain retour restent au rang de rumeur et qu'il ne reprenne jamais la tête des mangemorts. Consciente que personne ne partage son opinion, la sorcière garde profil bas. Quant à la situation actuelle, elle lui accorde un désintérêt choquant. Elle savoure le retour en douceur des fidèles du seigneur des ténèbres sans pour autant les accompagner. Elle ne prendra les armes que le temps venu.


II. que pensez vous de Dumbledore et de l'odp ?
Pour commencer, Reagan ne niera jamais que Albus Dumbledore est un grand sorcier. A ses yeux, il s'agit là d'un fait irréfutable et il serait même idiot d'essayer de le contredire. Il aurait également pu être un excellent directeur de Poudlard s'il n'avait pas cette affection toute particulière envers les nés moldu et les sang mêlés. Elle regrette donc qu'il ait choisi le mauvais camp, lui qui est pourtant de sang pur. Elle redoute son engagement sans faille à se tenir et à lutter auprès des réfractaires aux idéaux du sang. Si elle ne nie pas la grandeur du personnage, ses discours moralisateurs et absurdes l'agacent profondément. Et dans ces moments, elle serait prête à l'achever de sa propre main. Quant à l'ordre ? Que dire...Elle les méprise autant qu'ils la font rire. Chaque nouvelle mort dans leurs rangs est une douce mélodie à ses oreilles. Elle a souvent entendu que des élèves qui étaient à Poudlard en même temps qu'elle n'ont pas tardé à s'ajouter à ce groupe de justiciers sans cervelle. Cela ne lui fait ni chaud ni froid. Qu'ils aillent gâcher et sacrifier leur vie pour une cause perdue, pour ce qu'elle en pense....


young wolf. 22 ans


PAYS : le pays de la frite, une fois ! La Belgique, of course ! FRÉQUENCE DE CONNEXION : 6/7j. VOTRE AVIS SUR PF : je fais des bébés à pf et à tout son staff aussi. COMMENT AVEZ VOUS CONNU LE FORUM : Sur feu PI. PERSONNAGE : inventé. CÉLÉBRITÉ : Lily Collins. VOYEZ VOUS DES CHOSES A AMÉLIORER ? : Rien. A part peut-être que  je trouve que la couleur des non-validés ressemble trop à celle des breaker of chains UN DERNIER MOT ? : BONJOUR! VOUS N'AVEZ PAS HONTE?



Dernière édition par Reagan Yaxley le Mar 20 Jan - 23:15, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
membre ›› This Sorrowful Life
≈ hiboux envoyés : 580
≈ inscrit(e) le : 15/01/2015
≈ tes points : 541
≈ avatar : lily collins.
≈ autres comptes : aucun.
≈ crédits : Manhattan Kaboul (ava)
MessageSujet: Re: (reagan) ○ they used to shout my name now they whisper it.   Jeu 15 Jan - 23:47

It matters not what someone is born, but what they grow to be.



reagan, 9 ans, manoir des Yaxley

« Gryffondor ! », éructa-t-il faisant sursauter les elfes de maison qui s'appliquaient à nettoyer consciencieusement la pièce. Ses mains tremblaient de rage alors qu'il arpentait la salle à manger de long en large tel un damné. « En es-tu sûr ? Peut-être as-tu seulement mal lu. » s'éleva la voix de sa femme, elle était plus calme mais une légère irritation perçait tout de même dans son ton. Et elle, elle ne disait rien, sagement assise à sa place, les yeux baissés sur son plat. Elle s'appliquait à terminer de manger afin de ne pas énerver ses parents plus qu'ils ne semblaient l'être. Elle essayait de se faire la plus petite possible, pour ne pas qu'ils la remarquent, pour ne pas que cette colère ne retombe sur elle une fois de plus, eux qui semblaient avoir oublié son existence. Elle savait ce dont il s'agissait. Même dans son esprit de gamine d'à peine neuf ans, elle savait. C'était Isobel qui avait fait des siennes, encore, se disait-elle, sa bouche s'emplissant d'une amertume dont elle ne saurait dire si elle provenait des légumes ou des sentiments qu'elle éprouvait envers sa sœur. Ses parents se disputaient toujours à cause d'elle. Et elle n'aimait pas ça. Elle subissait les coups de colère sans broncher, elle en avait tristement pris l'habitude. C'était une routine. Avant, elle sursautait à chaque haussement de voix de son père. A présent, elle observait les scènes de ménage avec un détachement insolent. « Bien sûr que j'ai bien lu ! Que crois-tu donc ? Que je suis incapable de comprendre quelques mots sur un papier ? », répondit-il, glacialement, le parchemin froissé qu'il tenait en main en attestait. « Cette tare ne peut venir que de ta famille !  » Il toisa son épouse de toute sa hauteur, les mâchoires crispées par la colère et se retourna théâtralement vers la petite silhouette qui gardait toujours le silence, assise en bout de table. « Ce sera Durmstrang pour toi », ajouta-t-il avant de finalement quitter la pièce. Reagan réagit à peine. Son grand-père avait déjà évoqué l'idée de la scolariser là-bas...si loin de chez elle. Et plus elle était loin, mieux elle se sentirait, se persuadait-elle. Elle n'aurait plus à supporter le cirque que jouait péniblement chaque membre de sa famille. Aucun n'était épargné par cette affreuse tendance à faire de leur vie un drame. Un drame auquel elle était forcée de participer. A neuf ans, elle se fichait de savoir où elle serait scolarisée. D'ailleurs, son esprit s'évadait déjà vers les séances de jeux prévues après son déjeuner. Un petit sourire mutin prit place sur ses lèvres alors que dans la même pièce sa mère ruminait. Reagan devinait son regard terne fixer le vide et pas une seconde elle ne fut traversée par l'idée de la consoler. Enfant égoïste, elle estimait ne pas avoir à payer pour les pots cassés, elle le faisait déjà assez. . Et puis, toute son attention était portée sur le dessert que les elfes venaient de disposer devant elle, dans un cliquetis de couverts. La cuillère en main, elle s'apprêtait juste à se servir une énorme bouchée de fondant au chocolat quand elle entendit sa mère se rapprocher  « Que vais-je donc faire de toi ? », soupira-t-elle alors qu'elle s'approchait de l'enfant, l'air sévère. « Les petites filles ne se goinfrent pas ! Vas dans ta chambre.  », fulmina la sorcière. Reagan ne chercha pas à se défendre. Irrévérencieuse, elle quitta la pièce en silence sans même accorder un regard à sa génitrice. Elle serait toujours la victime collatérale d'un conflit qui ne la concernait nullement.  

reagan, 11 ans, manoir des Yaxley

Durmstrang ne lui semblait pas une si mauvaise idée que ça. En deux ans, elle avait eu amplement le temps de se renseigner au sujet de l'établissement étranger. Son grand-père s'était montré très prolixe dès lors qu'elle se surprenait à lui poser des questions. Dans ces moments où elle avait le courage de braver le code rigide de sa mère ; celui qui interdisait aux jeunes filles de prendre la parole à table sans avoir au préalable demandé la permission. Son grand-père qui semblait avoir réponse à tout. En deux ans, elle s'était rapprochée de ses grands-parents. Peut-être parce qu'ils ne passaient pas leur temps à remettre toutes les provocations d'Isobel sur son dos. Ou parce qu'ils la considéraient comme un être indépendant, capable de penser par lui-même. Sa grand-mère persistait tout de même à la rappeler à l'ordre quand elle estimait que sa petite fille dépassait les limites de la bienséance mais elle ne se bornait pas à la mouler dans le rôle d'une poupée parfaite. Et quand elle y réfléchissait, ses grands-parents lui ouvraient constamment des portes que ses parents avaient pris soin de fermer. Thelonius, son grand-père, lui avait, par exemple, offert son premier vrai balai, avançant que sa future école fourmillait de joueurs de quidditch admirables et qu'il était par conséquent, inadmissible qu'une Yaxley ne leur arrive pas à la cheville. Quant à sa grand-mère, elle lui confiait des secrets au coin du feu, des histoires qui auraient fait frémir sa mère d'horreur. Ils étaient prévenants envers elle mais toujours exigeants. Ils étaient aussi et surtout une source de dispute intarissable entre les deux sœurs Yaxley. Des conflits éclataient souvent quand l'aînée de la fratrie revenait pour passer les vacances d'été au sein de sa famille. Elle pensait que Reagan était trop gâtée...mais elle voyait surtout le manège qui se jouait derrière tant de bienveillance. Ils restaient des Yaxley, pétris dans leur étroitesse d'esprit, convaincus que les seuls sorciers légitimes étaient les sorciers de sang pur. Et il était si facile pour eux de lire le mépris qu'Isobel nourrissait à leur égard. Les années passées à Poudlard continuaient à accentuer les divergences de pensées. Aussi, l'élève qui portait fièrement les couleurs rouge et or de sa maison ne put-elle se contenir plus longtemps devant les moyens déployés par ces derniers à l'occasion des onze ans de sa cadette. Cadeaux après cadeaux, elle les voyait pervertir l'esprit de sa petite sœur, il était temps de mettre un terme à cette mascarade. Mais elle fut bien déçue du retour de flamme, une fois les convives éclipsés et les festivités terminées. A quoi s'attendait-elle au fond, à des remerciements ? Avait-elle seulement été proche de Reagan ? Les mots qu'elle lui crachait à la figure laissaient penser que non. « Ça t'aurait tué de la fermer pour une fois ?  Ça ne te suffisait pas d'être le centre de l'attention tout le restant de l'année ? Il fallait aussi que tu gâches le seul jour qui m'était consacré ? » De la rage pure se lisait dans les prunelles ambrées de la cadette des Yaxley alors qu'elle luttait pour garder son calme. Cette sœur qu'elle avait tant admirée par le passé lui apparaissait aujourd'hui si vaine, si égoïste ! N'avait-elle cure de laisser reposer toutes les attentes de sa famille sur les épaules encore trop frêles de sa petite sœur ? Ne se rendait-elle pas compte que chaque nouveau refus de se plier aux désirs de ses parents était une nouvelle contrainte pour sa cadette ? Reagan se devait d'être irréprochable parce qu'Isobel écorchait l'image des Yaxley jour après jour.  Prudemment, Isobel tenta de raisonner sa petite sœur. « Ouvre les yeux ! Ils essayent de te modeler à leur image ! » Reagan grogna, excédée. « Ce sera toujours mieux que de te ressembler. », cracha-t-elle avant de claquer la porte de sa chambre, mettant fin à une discussion qui ne pouvait que mal tourner.

reagan, 11 ans, poudlard express

Elle demeurait assise sur la banquette qu'elle trouvait fort inconfortable. Le visage tourné vers la vitre, ses yeux sondaient la foule à la recherche d'un duo de silhouettes qu'elle souhaitait à ses côtés plus que tout. Elle se redressait parfois, soudainement, pensant les avoir trouvés dans la foule pour finalement n'être déçue qu'une fois encore. Ils ne devaient pas être là. Ils ne devaient même pas cautionner ce tour de force, planifié dans leur dos. Elle les comprenait mais elle regrettait leur absence. Elle aurait tellement eu besoin de leur soutient. Elle n'en demandait pas trop, juste un petit mot ou un simple regard. Pas d'accolade affectueuse ou de discours soigneusement préparé ; les marques de tendresse n'étaient pas une habitude de la famille. Tous ses espoirs s'envolèrent quand elle sentit le train s'ébranler. Mais elle croisa le regard de son père, un regard froid et sévère, lourd de tous les desseins qu'il avait placés sur les épaules de sa cadette. Il n'avait même pas besoin de parler, elle avait bien compris qu'elle n'avait pas intérêt à humilier la famille. Et pourtant...pourtant, une part d'elle se réjouirait d'échouer dans une autre maison. Il l'aurait cherché. Elle n'avait rien à faire à Poudlard. Pendant deux ans, elle s'était accoutumée à l'idée de passer sa scolarité à Durmstrang. Combien de fois s'était-elle imaginée volant aux côtés des étoiles montantes du Quidditch ? Parfois elle avait même l'audace de penser qu'elle en serait devenue une. Elle avait même appris la langue. Un gâchis. La gorge nouée, elle détourna le regard, sentant les larmes lui monter aux yeux. Heureusement qu'elle avait eu la chance de trouver un compartiment vide, personne n'aurait à voir ce triste spectacle. Rageusement, elle écrasa la larme qui roula sur sa joue alors qu'elle mordillait nerveusement ses lèvres. Elle tirait une étrange satisfaction à se fendiller la chair jusqu'au sang...rien qu'en pensant à la mine outrée de sa génitrice. Elle devinait déjà ses paroles. Une lady ne se comporte pas de cette façon. Cesse de te comporter comme une enfant. En participant à cette mascarade, elle pouvait faire une croix sur son comportement de jeune fille parfaite. Reagan ne concéderait à faire des efforts qu'en présence des ses grands-parents. Légèrement apaisée par l'idée, elle souffla longuement, baissant ses yeux vers son exemplaire usé des contes de beedle le barde. Elle n'avait pas pris conscience que ses doigts étaient si enfoncés dans la couverture en cuir du bouquin ; ses mains avaient toujours été le reflet de son agitation intérieure. Elle devrait changer ça, pensait-elle, elle ne pouvait pas se laisser percer à jour si facilement. « Je peux m'installer ? » Elle sursauta, releva le visage pour croiser le regard perdu d'un garçon de son âge. Légèrement plus grand qu'elle, il attendait patiemment sur le pas de la porte. Reagan ne lui répondit pas, gardant le silence, le dévisageant sans se cacher. Elle se demandait depuis combien de temps il était là, si il avait assisté au seul relâchement qu'elle s'était autorisée. Si elle se maudissait intérieurement d'avoir faibli de la sorte, elle ne pouvait décemment le laisser repartir et colporter des ragots à son sujet. Timidement, elle se racla la gorge et lui indiqua la place en face d'elle. La présence du garçon la forçait au moins à reprendre contenance. Mais ne sachant si les traces de ses pleurs se lisaient sur son visage, elle feignit de se plonger dans la lecture de son livre ; un livre qu'elle connaissait par cœur. Le conte des trois frères étaient l'un de ses préférés, elle le lisait souvent avant de se coucher. Mais cette fois, son esprit s'était évadé bien au-delà du périple de la fratrie. Si l'inconnu avait remarqué son désarroi, il avait l'amabilité de ne pas le relever. Seulement, cela ne chassait pas le malaise naissant chez la cadette des Yaxley. Il fallait dire pour sa défense, qu'elle n'avait jamais fréquenté des enfants de son âge en-dehors de ses cousins et cousines. Cette constatation ne fit qu'accentuer cette peur sourde qui grondait dans ses entrailles. L'idée même d'être la risée de ses camarades lui retournait l'estomac. Inconsciemment, elle se remettait à triturer son bouquin, l'abîmant davantage, meurtrissant toujours plus ses lèvres rougies par le sang, ses jambes s'animant alors qu'elle tapait du pied sur le plancher du train. Et toujours rien, le garçon ne semblait pas lui en tenir rigueur, il ne tentait même pas d'engager la conversation. Reagan se surprenait à lever les yeux, l'observant discrètement derrière son livre. Il semblait si...serein. Alors qu'elle, elle perdait tous ses moyens dès qu'il était question de la cérémonie de répartition. Distraite, se laissant aller à contempler le vide, elle ne remarqua qu'il avait repéré son petit manège que trop tard. Confuse, elle se replongea vivement dans la lecture de son livre, n'osant plus relever la tête, pas même lorsqu'il quitta le compartiment. Il devait en avoir eu assez d'elle, peut-être lui avait-elle fait peur. Seule à nouveau, elle déposa son livre sur la banquette, se laissant aspirer par le paysage qui défilait sous ses yeux. Et soudainement, une boîte de chocogrenouille se présenta devant elle. « T'en veux ? » Elle releva la tête, croisant à nouveau le regard de l'inconnu. Il n'était pas parti finalement. Il était toujours là, devant elle. Comment diable avait-elle fait pour ne pas entendre l'ouverture de la porte deux fois de suite ? Elle devait vraiment se reprendre ! « J'ai de la patacitrouille et des dragées surprises de Bertie Crochue si tu préfères. » Il ne semblait pas se démonter face au silence de la sang pur. Reagan envisagea quelques secondes l'idée de refuser. Elle n'avait pas le droit. Sa mère n'appréciait pas qu'elle se laisse aller à consommer des sucreries. Et puis, elle se ravisa. L'avantage d'être à Poudlard, dans ce train, lui conférait la liberté de choisir, sa mère n'en saurait rien. Timidement, elle avança sa main vers la boîte de chocogrenouille que le garçon lui tendait. Un grand sourire fendit son visage poupin : la carte contenue dans le paquet faisait partie de celles qui lui manquaient pour compléter sa collection. Percevant le changement chez la gamine, le garçon reprit place, l'observant engloutir la pauvre grenouille en chocolat. « N'hésite pas à te servir » ajouta-t-il, surprenant la jeune sorcière qui avait bien du mal à saisir les raisons d'une telle gentillesse à son égard. Elle craignait que cette bienveillance soit due à une fausse impression de faiblesse. Elle n'était pas faible ni même réservée à l'accoutumée ; elle était le contraire, pleine de vie, toujours la première à se lancer dans des jeux violents et résolument déconseillés à des jeunes filles de bonne famille. Mais elle n'était rien de tout ça aujourd'hui, dans ce compartiment. Elle se contentait de subir le cours des événements...et elle devait avouer apprécier la sensation de se laisser porter par la conversation. Elle prit place à ses côtés, les gourmandises placées entre eux pour les séparer. Elle rit aux éclats, se fichant d'écailler son image de lady, quand il tomba sur une dragée au goût de poubelle. Elle se goinfra de patacitrouille et de dragées surprises. Ils parlèrent tout le long du trajet et à aucun moment, ils n'évoquèrent Poudlard. Une simple fois, elle se permettrait de ne pas diriger, et tomber le masque. Une parenthèse dans le cours de sa vie, oublier pour un moment que les attentes de ses parents reposaient lourdement sur ses épaules. Elle n'aperçut pas que le ciel s'était assombri et qu'au loin, se découpait la silhouette du château. Mais elle sentit le regard appuyé du garçon et lentement, elle leva les yeux vers lui. « Tout ira bien. », lui déclara-t-il. Et à l'instant, elle en doutait toujours mais la perspective d'affronter la répartition ne l'effrayait plus autant alors elle hocha la tête, lui offrant le fantôme d'un sourire.   

poudlard 1972-1979

Elle discernait la silhouette de sa sœur au loin. Elle était accompagnée de ses amis, certains devaient être des nés moldu, pensa-t-elle. Elle ne s'en offusqua étonnamment pas, trop absorbée qu'elle était par sa répartition. Nerveusement, elle lissa les plis disgracieux de sa jupe. Une jupe...elle n'avait jamais vraiment aimé ça. Une raison de plus de regretter Durmstrang. Trainant des pieds, elle chercha le garçon du train, sans parvenir à lui mettre la main dessus. Pas qu'elle en avait besoin, elle était assez grande pour se débrouiller toute seule, se répétait-elle...et à la petite voix dans sa tête de rétorquer que sa présence serait plus rassurante. Elle se sentait idiote de ne pas lui avoir demandé son prénom, à présent qu'elle y pensait. Elle traîna tellement, qu'elle dut se faire rappeler à l'ordre par Hagrid, le demi-géant. Soupirant discrètement, elle accéléra le pas et rejoignit la fin du peloton de première année, leur laissant toujours un peu d'avance. Seulement, une silhouette semblait s'être arrêtée. Plissant les yeux, elle dut prendre sur elle pour ne pas afficher son soulagement au grand jour. C'était le garçon du train. Elle le rejoignit en quelques foulées et ils marchèrent en silence. Un silence qu'il brisa en apportant une réponse à la question qu'elle s'apprêtait à lui poser. « Caiden » Elle ne chercha même pas à savoir quelle était la nature de son sang. Peut-être était-ce de la lâcheté car apprendre qu'il était un impur la forcerait à s'isoler à nouveau et elle ne préférait pas, pas pour le moment du moins. Alors, elle lui répondit tout aussi simplement « Reagan » Et ils embarquèrent en silence. Tous les élèves semblaient intimidés par l'ambiance et le moment crucial qui allait se jouer. Distraitement, la sorcière chercha à mémoriser le plus de visages possible, dressant une liste de ceux qu'elle préférerait avoir comme camarade de maison. C'était une façon de se changer les idées, la boule d'angoisse ne la quittant plus et augmentant de minute en minute. Le petit discours de McGonagall ne la rassura pas le moins du monde et l'envie de vomir la prit à la gorge. Consciente qu'elle ne pouvait entacher l'image de sa famille, Reagan marcha tête haute entre les tables grouillant d'étudiants d'années supérieures. Elle devait paraître impassible mais ses mains tremblaient. Elle pensait pouvoir compter sur Caiden mais il fut l'un des premiers à être réparti. Caiden Cassidy, Poufsouffle. Elle retint une grimace, au moins, ce n'était pas Gryffondor. Le jeune sorcier lui adressa tout de même un sourire rassurant accompagné d'un signe de la main, le pouce levé. Aurait-elle pu vouloir lui répondre qu'elle s'en sentait incapable. Toute son énergie, elle la gardait canalisée afin de ne pas craquer. Et noms après noms, les élèves rejoignaient leur maison. Pourquoi donc ne commençait-il pas cette liste par la fin ?! Il était si malvenu d'être une.... « Yaxley Reagan » La foule se tendit imperceptiblement. Parler de sa famille avait cet effet-là. La crainte, on racontait toutes sortes d'histoires à leur sujet. Reagan n'entendait plus que le bourdonnement sourd qui résonnait dans ses oreilles, prenant place sur le tabouret, droite, le port de tête altier. « SERPENTARD » Et toute la pression accumulé retomba alors qu'un simple rictus satisfait froissait ses lèvres. Elle n'avait plus qu'une hâte à présent, envoyer la bonne nouvelle à ses parents à l'aide du Grand Duc que son grand-père lui avait offert.

Pourtant, si l'annonce de la répartition de leur cadette à Serpentard avait tout pour les réjouir, les parents Yaxley étaient pourtant loin de se douter que deux années de calvaire s'étendaient devant eux. Résultats scolaires pitoyables et comportement désastreux rythmèrent ses deux premières années. Puisqu'aux yeux de la gamine, elle ne pouvait faire que pire pour  détourner l'attention du comportement de sa sœur. Deux années à décevoir sa famille, elle avait bien du mal à porter le poids de la culpabilité devant ses grands-parents mais ce poids s'évaporait dès qu'elle croisait le regard de son père. Thelonius Yaxley ne mit pas de temps à comprendre que ce déploiement de moyens n'était voué qu'à une chose, attirer l'attention. Aussi, après deux années, il parvint enfin à convaincre son fils de lui laisser l'éducation de Reagan. Ainsi, la jeune fille emménagea dans le manoir de ses grands-parents, à Peakshire dès la fin de sa seconde année. Thelonius avait dans l'esprit de faire de sa petite fille une future langue de plomb. Aussi, commença-t-il à la former à l'occlumancie et essaya-t-il de la convaincre de se mettre à travailler sérieusement...il ne pouvait pas se montrer plus efficace.


« Je n'y comprends rien ! », pesta-t-elle, découragée alors qu'elle s'affalait lourdement sur son banc. Il fut tenté de rire mais se retint. Elle était venue le trouver lui, spécifiquement pour qu'il l'aide à rattraper le retard accumulée lors de leur deux précédentes années. Si il était heureux de la voir motivée à remonter ses notes, il ne pouvait décemment nier tout le travail qui les attendait. Elle avait même choisi de suivre plusieurs nouveaux cours dont l'arithmancie et l'études des runes. A vrai dire, il se demandait même comment elle parvenait à s'engager à droite et à gauche et réussir à s'accorder des activités plus ludiques comme le quidditch. Quant à la raison de cette soudaine envie de réussite, il la devinait aisément. Une histoire de famille, probablement. Rivalité entre sœurs, Reagan devait vouloir surpasser son aînée. S'appuyant contre le banc, il l'observa se débattre avec les chiffres, laissant son esprit divaguer. « Tu comptes aller à l'événement spéciale saint-valentin organisé à Pré-au-lard ? Avec ce grand gaillard de l'équipe de quidditch ? », laissa-t-il échapper, l'ironie suintant à la fin de sa phrase. Reagan s'entendait particulièrement avec l'un de ses coéquipiers, un certain Nott, une personne peu fréquentable. Il avait du mal à comprendre ce qui pouvait tant les amuser. Soucieux, il manqua le regard exaspéré que lui lançait la jeune femme. « Organisé par des Gryffondor...j'en meurs d'envie », ironisa-t-elle sans même lever les yeux de son bouquin. Ce qu'elle ajouta par la suite le rassura quelque peu. Il n'aimait pas Nott, savoir qu'elle ne lui portait aucun réel intérêt l'apaisait. « Je te l'ai déjà dit, je ne fais pas dans les histoires d'amour. Parce que ça n'existe pas. », trancha-t-elle brusquement afin de mettre un terme à la conversation. Elle n'était pas gênée, il le savait, elle pensait juste sincèrement que les amourettes d'étudiants ne menaient à rien ; elle ne croyait pas en l'amour en règle générale. Quand bien même, elle ne pouvait pas se permettre de tomber amoureuse puisqu'elle savait qu'un jour sa famille lui annoncerait ses fiançailles avec le sang pur de leur choix. Cette évidence le mettait hors de lui et il parvenait difficilement à comprendre le détachement irrévérencieux que Reagan accordait à une pareille injustice. Absorbé par cette histoire, il sursauta presque quand elle reprit la parole. « Et puis, on a prévu quelque chose de mieux. »  On, ils savaient ce que ce "on" voulait dire. Il signifiait "nous, serpentard". Ce groupe de jeunes aux idéaux douteux avec qui elle traînait un peu trop souvent pour ne pas qu'ils ne lui déteignent dessus. « et je peux participer ? »,essaya-t-il tout de même, sachant pertinemment que cette tentative était vaine. « Non. » déclara-t-elle plus abruptement qu'elle ne l'aurait voulu. « Tu t'ennuierais, crois-moi. » Ce fut à son tour de lever les yeux au ciel. Il avait entendu parler de cette histoire de chasse au trésor dans la forêt interdite. Comment aurait-il pu s'ennuyer ? Pouvait-on même s'ennuyer quand on bravait ainsi le règlement intérieur de l'école ? Le sorcier ne préféra pas remettre le sujet sur le tapis et changea radicalement de sujet. Cachant son amertume, il se tourna vers le tableau et entreprit de lui expliquer la notion du cours qu'elle ne comprenait pas.


« Voilà, tu peux regarder. Joyeux anniversaire ! », lui annonça-t-elle gaiement. Rongé par la curiosité, le poufsouffle ne se fit pas prier et rouvrit les yeux. Elle se tenait là, devant lui, bras écartés lui désignant son œuvre. Et il fut soufflé, ne trouvant même pas les mots pour décrire ce qu'il voyait. Elle ne lui avait plus parlé depuis une semaine, pas même un échange de mots volé dans les couloirs. Rien, silence radio. Et toujours aussi brusquement, elle avait repris contact par l'intermédiaire d'un petit mot griffonné discrètement en cours d'Histoire de la Magie. Un lieu et une heure de rendez-vous. Comme d'habitude, elle avait choisi un couloir très peu fréquenté par les élèves. Apparaissant derrière son dos, elle lui avait attrapé le bras, lui faisant promettre de garder les yeux fermés. La pièce était entièrement décorée aux couleurs de sa maison et de son équipe de quidditch préféré. « Alors ? », lui demanda-t-elle comme si le sourire béat qu'il affichait ne suffisait pas à décrire son ressenti. «...t'aurais pu faire mieux ! » Et il récolta un coup bien senti au niveau du bras, suivi d'un sourire complice. « Y a un gâteau aussi mais je te garantis plus sa fraîcheur, je l'ai acheté à la dernière sortie à Pré-au-lard » Elle le pointa du doigt avant de reprendre rapidement. « Et oui, pour ta gouverne, il s'agit bien d'une tentative d'empoisonnement. »  Aucun des deux ne prit le risque d'y toucher, préférant se rabattre sur le bocal empli de dragées surprises. « Hm, je t'ai apporté ça. », continua-t-elle en lui déposant un paquet cadeau dans les mains. « Je ne savais pas trop quoi faire avec ce truc mais le vendeur avait l'air de dire que c'était le dernier modèle sorti et que la compilation pouvait plaire à tout le monde. Mais je pouvais pas vérifier et puis vos boutiques sont tellement bizarres et les gens dans la rue étaient étranges. Est-ce qu'ils se lavent ? Oh et puis..» Découvrant le lecteur de cassette que contenait le petit paquet, il fut si étonné qu'il avait du mal à suivre ce qu'elle lui racontait. Et il dut s'y reprendre à deux fois pour la faire taire. « Reagan ! Il est parfait, c'est exactement celui que je voulais. » Elle avait fait l'effort surhumain de se pencher sur le monde moldu pour lui, un sujet qui avait toujours été et serait toujours tabou entre eux. C'était la plus belle preuve d'amitié qu'elle pouvait lui offrir.



Chaleureuse en privé, froide et distante en public. Il avait toujours mis ça sur le compte de son appartenance à la maison des blaireaux. Une amitié Poufsouffle-Serpentard avait de quoi être raillée. Pourtant à mesure que les années passaient, elle évitait de plus en plus de le fréquenter en public. A pré-au-lard, ils se retrouvaient toujours dans un pub miteux où ils étaient sûrs de ne croiser personne. Ils avaient pris l'habitude de devoir se cacher pour pouvoir se fréquenter. Il avait été compréhensif au début. Il pouvait concevoir qu'elle pouvait se sentir gênée de recevoir de l'aide de la part d'un Poufsouflle, elle la fière Serpentard. Mais l'habitude s'était installée et elle se complaisait dans cette situation. Mais Caiden aurait souhaité autre chose. Autre chose que des expéditions secrètes à Pré-au-lard, des jeux de cache-cache dans les couloirs du château. Autre chose que cette interdiction formelle de lui envoyer toute lettre durant les vacances, d'aborder l'actualité oppressante du moment ou même de mentionner sa famille. Après sept ans, il en avait assez de vivre dans l'ombre, de perdre jour après jour la gamine qu'il avait rencontrée dans le train. Tous deux avaient changé depuis cette rencontre, il le savait. Surtout elle, à vrai dire. Il n'avait jamais caché sa joie de la retrouver après deux mois de silence radio. Chaque fois, juste tous les deux dans leur compartiment. Et à chaque nouvelle année, il n'avait pu ignorer son changement. Seulement, il avait toujours préféré se taire. Les moments où il ne l'avait que pour lui s'étaient raréfiés et il n'avait pas voulu les gâcher. Intérieurement, il avait toujours su les raisons de ces métamorphoses. Sa famille. Mais elle avait refusé toute discussion à ce sujet, avec lui tout du moins. Elle demeurait une Yaxley et la réputation de sa famille l'avait dépassée depuis bien longtemps. Il n'avait jamais été plus difficile pour lui de la cerner que cette année. Avant, son armure était fragile, incomplète, il parvenait à saisir ses états d'âme juste dans le ton de sa voix, dans la prunelle de ses yeux. Force était de constater que tout lui était devenu plus difficile année après année. La fille qu'il observait dans la grande salle se tenait fièrement, droite, le visage fermé. Il n'y avait pas de sourire doux sur ses lèvres, à peine des rictus odieux et des regards méprisants. Entourée de sang pur, elle agissait comme si le monde leur appartenait, comme s'il n'y avait qu'eux dans la pièce. Il ne retrouvait pas la jeune femme drôle et décontractée qui lui balançaient des grossièretés entre deux batailles de lancer de dragées surprises. Plusieurs fois il avait pensé à prendre contact avec sa grande sœur, jamais il n'en avait eu le courage. Pourtant, la situation devenait si préoccupante, elle aurait pu l'aider, il en était certain. Après ce qu'il avait entendu, il ne pouvait empêcher d'avoir un nœud dans l'estomac et une boule dans la gorge. En fait, il avait l'impression d'avoir pris un coup, d'avoir été assommé par la nouvelle glissée au détour d'une conversation banale. On racontait que la plus jeune des Yaxley deviendrait mangemort sous peu, qu'il n'y avait rien d'étonnant là-dedans étant donné les antécédents familiaux. L'idée lui avait coupé l'appétit. Et il ruminait, l'observant se pavaner et se comporter comme la garce qu'elle n'était pas...ou qu'il ne voulait pas qu'elle soit. Pris de colère, il se laissa guider par son instinct et il l'aborda violemment alors qu'elle se dirigeait vers son prochain cours de la journée. Lui attrapant le poignet fermement, elle resta de marbre. « Qu'est-ce que tu fais ? Va-t-en ! Tu n'as pas le droit d'être ici ! », lui intima-t-elle odieusement, le masque de la parfaite future mangemort plaqué sur le visage. Ses camarades de maison étaient trop loin pour comprendre ce qu'il se passait, elle leur fit comprendre d'un signe de la main qu'elle les rejoindrait plus tard. Quand ils eurent disparu au coin du couloir, elle l'entraîna avec force à sa suite, le poussant dans la première classe vide qu'elle trouva. « Mais qu'est-ce qui t'as pris ? C'est quoi ton problème ?! », lui souffla-t-elle gravement. « Tu comptais me l'annoncer quand que t'allais rejoindre le rang de ces fanatiques ? » Elle le fixa perplexe, le fantôme d'un sourire sur les lèvres quand elle saisit ce qu'il déblatérait. « Mangemort ? »  elle pouffa de rire. « Tu sais bien que je veux devenir une langue de plomb, tu te fais des films, mon pauvre. » Il ne supportait pas le détachement avec lequel elle pensait régler ce problème. Comme si il allait se contenter de cette réponse. « Ah ouais ? Tu veux devenir une langue de plomb alors pourquoi ça sonne comme "ma famille a décidé que je deviendrai une langue de plomb" ? Et tant qu'on y est, pourquoi pas mangemort après tout, l'un n'empêche pas l'autre dans ta famille ! » Elle encaissa sans rien dire, levant les yeux au ciel, croisant les bras sur sa poitrine. « Par merlin, pour quelle raison irais-je m'enterrer chez les mangemorts ? Tu me vois finir ma vie à Azkaban ? », lâcha-t-elle blasée. Son attitude ne l'aidait vraiment pas à se calmer. Sa défense était si..pitoyable. A ses yeux, elle vivait déjà en prison, sous les contraintes permanentes de ses parents ou de ses grands-parents. Ils n'avaient qu'à ordonner et elle se retrouverait la marque au bras. « Alors pourquoi tu ne fais pas taire les rumeurs ? Pourquoi tu m'évites constamment ? Parce que je suis un Poufsouffle ?! », lui demanda-t-il sidéré. Il aurait tant espéré qu'il ne s'agisse que d'une histoire de rivalité entre maisons, immature mais inoffensive. Il ne voulait pas croire qu'elle le repoussait pour une question de sang, qu'elle faisait partie de ces personnes qu'il avait toujours exécrées. Malheureusement, il connaissait déjà la réponse. Il l'avait toujours connue. « Ou alors est-ce parce que je suis un sang-de-... », il n'eut pas le temps d'achever qu'elle lui intima de se taire, élevant la voix pour la première fois. « C'est si dur à admettre ? Je suis un sang-de-bourbe. Et tu sais ce qu'ils leur font aux sang-de-bourbe ? Ils les exterminent, ils les torturent ! Tu le sais ça ? » Elle gardait les lèvres désespérément closes mais à l'instant, elle n'avait jamais plus ressembler à la gamine qu'il avait rencontrée six années auparavant. Son masque se fendillait, il pouvait le sentir. Il avait passé toute leur scolarité à essayer de lui ouvrir les yeux, à lui faire comprendre que si elle désirait devenir une joueuse de quidditch, serveuse au trois balais, peu importait son choix, elle en avait le droit. Le résultat ? Il finissait déçu. « C'est bien, t'es content, t'as fini ton petit cirque ? Je me fiche bien de savoir ce qu'ils leur font puisque je ne suis pas une mangemort. Mais si ça t'arrange de le penser, vas-y, fais-toi plaisir. Moi, je jette l'éponge. » Elle avait revêtu son masque si vite qu'il perçut à peine la tristesse au fond de ses yeux. Il n'avait aucune idée du combat qui se livrait au fond d'elle. Entre la colère, la déception et un nœud d'émotion qu'elle aurait préféré ne jamais ressentir. Soupirant une dernière fois, elle décida qu'elle avait perdu assez de temps, se dirigeant vers la porte. Ce fut leur dernière discussion. Ils quittèrent Poudlard, BUSES et ASPICS sous le bras.

1980, peakshire

« Je ne comprends pas. » Elle le savait. Elle ne lui demandait pas de comprendre, juste d'accepter son choix. « Ce n'est pas contre toi, grand-père ni contre toi, grand-mère » Et elle était sincère. Ils avaient toujours été présents dans sa vie, ils avaient guidé ses pas. Ils l'avaient rodée au danger, au duel et même à l'occlumancie en pensant qu'elle embrasserait la carrière qu'ils avaient prévue pour elle au ministère. Elle se devait au moins de se montrer patiente avec eux, de ne pas les brusquer...si leur annoncer qu'elle quittait le domicile pour entamer un périple d'exploratrice ne pouvait être considéré comme un bouleversement. « Je passerai vous voir, je vous le jure. » Si cela pouvait les apaiser un minimum, elle le ferait, avec plaisir même. Elle aurait aimé leur promettre qu'à son retour, elle céderait au moindre de leurs caprices mais elle les estimait trop pour leur mentir. Elle ne reviendrait jamais vraiment. Elle passerait en coups de vent, elle avait déjà loué un appartement. S'éloigner du manoir, découvrir le monde, c'était de ça dont elle rêvait. Elle ne voulait pas finir mariée trop jeune, à un époux qu'elle n'aimerait jamais, s'occuper d'enfants dont elle ne voulait pas. Pour ça, il y avait sa sœur, ses cousins et ses cousines. Elle estimait déjà s'être sacrifiée assez, en attestait la récente marque cuisante qui barrait son avant-bras.

1983, manoir Yaxley, Thurkellham

« Est-ce que tout le monde va bien ? Quelqu'un est mort ? », lâcha-t-elle essoufflée d'avoir couru jusqu'au manoir. Les cheveux en bataille, la tenue froissée, elle n'avait plus rien de la jeune fille parfaite modelée par sa mère. Ses chaussures pleine de boue due à un transplanage hasardeux tâchaient le sol resplendissant de la cuisine. Elle pouvait entendre qu'au moins une dizaine de convives discutaient dans le salon. Et l'espace d'un instant, elle s'imagina le pire. Peut-être était-ce la veillé mortuaire d'un membre de sa famille ? Pourquoi donc n'avaient-ils pas pu être plus précis dans cette foutue lettre ? L'air affolé, elle tenta de questionner les elfes de maison quand sa mère entra avec fracas dans la cuisine. « Maman, est-ce que ça va ? Qu'est-ce qu'il se passe ? Papa va bien ? » L'air incrédule, sa mère la détailla, outrée de voir que sa fille avait perdu toutes ses manières. Si la tentation de la gronder était forte, elle essaya de passer outre. L'heureuse nouvelle ne pouvait pas attendre. « Harry Potter est mort. » Reagan n'avait jamais vu sa mère aussi heureuse. Son bonheur en était presque contagieux. « Il va revenir, ma chérie. Le seigneur des ténèbres, ce n'est qu'une question de temps, j'en suis sûre. » Sur ce point-là, la sorcière ne partageait pas l'enthousiasme de sa mère. Elle avait toujours eu un avis divergent sur le mage noir. Un avis que personne ne partageait et qu'elle gardait tapi au fond d'elle, l'occlumancie aidant. Et puis, s'il revenait réellement, cela impliquait qu'elle devrait combattre sous ses ordres et l'idée l'enchantait encore moins. Elle ne voulait pas mourir pour lui, elle ne lui était pas fidèle, elle n'avait accepté la marque que pour faire plaisir à son grand-père. Mais devant la mine si réjouie de sa mère, elle garda le silence, lui offrant un sourire rayonnant. Avec un peu de chance, elle serait loin d'ici quand il reviendrait. Enfin, si le mage noir revenait vraiment, rien n'était moins sûr.





Dernière édition par Reagan Yaxley le Mar 20 Jan - 23:28, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
membre ›› This Sorrowful Life
≈ hiboux envoyés : 839
≈ inscrit(e) le : 18/07/2014
≈ tes points : 480
≈ avatar : andrew scott.
≈ autres comptes : lucrezia, narcissa et ramsay, ils forment tous la team carré parfait, d'lamorkitue.
≈ crédits : @nuit parisienne (avatar), tumblr (gifs), stephen king (quotes)
MessageSujet: Re: (reagan) ○ they used to shout my name now they whisper it.   Jeu 15 Jan - 23:48

MON EX NIÈÈÈÈCE PRÉFÉRÉE :fire: :bad: :red: :spm: :classe: :ghé: bienvenuuuuuue :lolove: bonne chance pour ta fiche :hinhin: :culotte: si tu as des questions, n'hésite pas :pink: :bigkiss:

_________________


I am become Death, the destroyer of worlds ≈ ucéééééé.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
admin ›› power is power.
≈ hiboux envoyés : 279
≈ inscrit(e) le : 19/07/2014
≈ tes points : 237
≈ avatar : luke pasqualino.
≈ autres comptes : daario, reysen, letha et annie.
≈ crédits : annaelle (avatar).
MessageSujet: Re: (reagan) ○ they used to shout my name now they whisper it.   Jeu 15 Jan - 23:50

CLYYYYYYDE :red: FLEMING FOREVER :rainbow:
Bienvenue sur le forum :pink: Bonne chance pour ta fiche, si tu as des questions, n'hésite pas :pink:

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
admin ›› power is power.
≈ hiboux envoyés : 250
≈ inscrit(e) le : 16/07/2014
≈ tes points : 231
≈ avatar : rose mciver.
≈ autres comptes : arcadio, ruth et gemma.
≈ crédits : crick +avatar, sweet poison +sign.
MessageSujet: Re: (reagan) ○ they used to shout my name now they whisper it.   Ven 16 Jan - 13:41

BIENVENUUUUE :a: :siffle: :jotem: I love you bon, je n'aime pas du tout Lily Collins (bah oé, hein) mais je compte sur toi pour me la faire surkiffer - c'est une mission que je te donne, et elle n'est pas négociable. No, no, no. J'aime beaucoup ton choix de famille, les Yaxley sont trop classes :héhé: bon courage pour ta fiche, n'hésite pas à contacter un membre du staff en cas de question ou whatever, fais-toi plaiiiiiiz' (sisi la mifa) :pink:

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
admin ›› power is power.
≈ hiboux envoyés : 406
≈ inscrit(e) le : 22/12/2014
≈ tes points : 311
≈ avatar : Thomas Brodie-Sangster
≈ autres comptes : Andromeda et Willem
≈ crédits : shiya (avatar), lokiddles (sign)
MessageSujet: Re: (reagan) ○ they used to shout my name now they whisper it.   Ven 16 Jan - 18:50

Clyyyyyyde !!! :red: :calinchou2:
Bienvenue parmi nous !! :bril:
J'ai hâte d'en savoir plus sur ton personnage dis donc, une fille de Yaxley, ça va donner :héé:

_________________

Well you see her when you fall asleep
But never to touch and never to keep
'Cause you loved her too much
And you dived too deep.

Only know you love her when you let her go
And you let her go.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
membre ›› This Sorrowful Life
≈ hiboux envoyés : 181
≈ inscrit(e) le : 15/01/2015
≈ tes points : 259
≈ avatar : emma stone
≈ crédits : promethee (avatar) + alcaline (signa)
MessageSujet: Re: (reagan) ○ they used to shout my name now they whisper it.   Dim 18 Jan - 14:24

lily elle est tellement magique, moi contrairement à jane je l'aime à la foulie :red: je la joue moi-même ailleurs donc voilà :lol: j'ai hâte d'en savoir plus sur le personnage, en plus les yaxley, c'est clair, good choix de famille :haha: bon courage pour la fin de ta fiche :huhu:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
membre ›› This Sorrowful Life
≈ hiboux envoyés : 185
≈ inscrit(e) le : 15/01/2015
≈ tes points : 140
≈ avatar : emma watson
≈ crédits : heresy.
MessageSujet: Re: (reagan) ○ they used to shout my name now they whisper it.   Dim 18 Jan - 15:14

BIENVENUUUUE :fire: comme dit dans le flood, j'aime beaucoup ton choix de métier, il offre tellement d'opportunités kiffantes :huhu: bon courage pour vaincre le syndrome de la page blanche, yes you can :spm:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
membre ›› This Sorrowful Life
≈ hiboux envoyés : 113
≈ inscrit(e) le : 15/01/2015
≈ tes points : 124
≈ avatar : Andrew Garfield
≈ autres comptes : personne.
≈ crédits : scarlett glasses pour l'avatar & hedgekey pour la signature
MessageSujet: Re: (reagan) ○ they used to shout my name now they whisper it.   Dim 18 Jan - 21:09

Une chasseuse de reliques, c'est trop la classe en fait :bril: en tout cas bienvenuuuuue petite brune et bonne chance pour ta fiche I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
membre ›› This Sorrowful Life
≈ hiboux envoyés : 580
≈ inscrit(e) le : 15/01/2015
≈ tes points : 541
≈ avatar : lily collins.
≈ autres comptes : aucun.
≈ crédits : Manhattan Kaboul (ava)
MessageSujet: Re: (reagan) ○ they used to shout my name now they whisper it.   Mar 20 Jan - 23:36

Salomon, le saumon (cette blague était sponsorisée par Octavia) + Merci mon ex-tonton adulé de mon cœur. :puppy:

Ellerya + ce pseudoooooooo + ce choix d'avatar = perfection ! Puis, wesh, les Fleming = la classe éternelle.

Jane + Avoue que t'as peur de te faire bouffer par les gros sourcils de Lily. :huhu: :héhé: :héhé:

Lewyn + merci beaucoup ! Thomas en ava'...ou le mec qui a trouvé la fontaine de jouvence.

Autumn + Et que dire de ton choix d'avatar ? Emma, c'est la femme de ma vie. :héhé:

Rose + Merci beaucoup ! Ouii, le métier est cool, j'ai hâte de pouvoir l'exploiter in rp ! :ghé:

Remus + Merci beaucoup ! Remus est juste tellement attachant comme perso. :puppy:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
membre ›› This Sorrowful Life
≈ hiboux envoyés : 839
≈ inscrit(e) le : 18/07/2014
≈ tes points : 480
≈ avatar : andrew scott.
≈ autres comptes : lucrezia, narcissa et ramsay, ils forment tous la team carré parfait, d'lamorkitue.
≈ crédits : @nuit parisienne (avatar), tumblr (gifs), stephen king (quotes)
MessageSujet: Re: (reagan) ○ they used to shout my name now they whisper it.   Mer 21 Jan - 1:31

merlin's beard, te voilà validé(e) !




bienvenue sur pf ; les golden crown t'accueillent
Well, on dirait bien que certains ne sont pas forcément contents de t'avoir ! Aurais-tu des plus beaux cheveux que Rogue et Hagrid réunis ? Peu importe, même s'ils font la tronche, te voilà validé(e) : pfff elle est trop cool ta fiche :ghé: j'avais regardé la longueur en disant "fuck yeah je lis pas ça ce soir en plus elle a fait la vanne sur le saumon :jeboude:" et finalement j'ai pas pu m'arrêter, et voilàààà :ghé: et GRANT :ghé: :bed: bref tout est parfait, je veuuux des liens :mdr:. Ne t'en fais pas, Slughorn t'aime déjà et te filera une petite fiole de Felix Felicis pour le coup ! Mais avant ça, n'oublie pas de faire l'essentiel du nécessaire de survie pfien afin de ne pas te faire avaler par le filet du diable du professeur Chourave, t'sé.

Première question que tu dois te poser : est-ce que ce merveilleux staff a bien recensé mon avatar ?, pour cela, n'oublie pas d'aller vérifier le bottin des avatars. Car attention, cela risque de devenir compliqué si jamais une autre personne s'inscrit en tentant l'avatar que tu as déjà pris - et toutes tyranniques que nous sommes, nous avons jugé que ce serait de ta faute, et pis c'est tout. Une fois ceci fait, la base de la base mise en place, il te faudra ensuite aller remplir ton profil : pas seulement les parties "obligatoires" de celui-ci, ni uniquement ce qui t'inspire, mais ton profil en entier car il rassemble les principales informations sur ton personnage, celles qui serviraient à n'importe qui voulant s'intéresser à ton personnage/te proposer un lien, voire un rp. Le profil n'est pas là pour faire joli, mais donner des informations sur ton personnage, ton activité aux autres, ne le sous-estimes donc pas ! Le dragon aux dents acérées de PF aimerait signaler que "voir avatar" ou "bazzart" ne sont pas des crédits d'avatar, merci de remplir cette partie de votre profil avec précautions.

En étant validé(e) sur le forum, tu gagnes le droit d'aller dans les parties IN RP très importantes et qui te mèneront donc au délicieux chemin du rpg. La première étape que tout le monde aime pour se faire des amis, c'est ouvrir une fiche de liens : si tu es nul en codage (ou que tu as la flemme), PF te garantit même un modèle facultatif pour t'aider. La fiche de liens c'est bien, mais ce n'est pas tout, pense à aller faire un tour dans les registres du forum : recenser le statut de sang et la maison (actuelle ou ancienne) de ton personnage, lui trouver une maison, un emploi et même resencer son patronus et ses capacités spéciales - car oui, tout ceci est important afin que personne ne chevauche personne et afin de nous permettre de nous assurer un certain équilibre sur le forum. Prends bien soin de t'assurer aussi du fonctionnement de dons de points mis en place afin de rendre PF plus interactif - et si jamais tu cherches un rp les rp's aléatoires sont faits pour toi !

Évidemment, sur PF tu peux créer des scénarios en respectant les règles et le modèle donnés dans ce sujet - n'oublie pas de recenser ton scénario une fois celui-ci terminé. Dernière petite chose, n'hésite pas non plus à aller vérifier régulièrement la partie invités du forum ; il se peut que tu trouves dans les "chercheurs de liens" quelqu'un à même de te suivre dans une de tes idées - la banque de liens peut aussi t'aider, et est là pour ça. Enfin, n'oublions pas que toutes ces petites "obligations" ne doivent pas t'empêcher de rp et t'amuser, le flood et les jeux te sont grands ouverts, rejoins-nous ! Et si tu veux que PF vive le plus longtemps possible, n'hésite pas à montrer ton soutien pour le forum en votant sur les topsites ou en donnant ton avis dans les fiches pub. Qui plus est, si tu as été fan de l'accueil qui t'a été réservé à ton arrivée sur le forum, pense aux suivants, et viens dire bienvenue aux nouveaux aussi souvent que tu peux, c'est toujours plaisant ! (sinon, pas de tarte à la mélasse + citrouille pour toi)

ON T'AIME PETIT MEMBRE. :bril: :puppy: :fall: :bigkiss:
et tout le monde te fait une petite danse


_________________


I am become Death, the destroyer of worlds ≈ ucéééééé.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
membre ›› This Sorrowful Life
≈ hiboux envoyés : 580
≈ inscrit(e) le : 15/01/2015
≈ tes points : 541
≈ avatar : lily collins.
≈ autres comptes : aucun.
≈ crédits : Manhattan Kaboul (ava)
MessageSujet: Re: (reagan) ○ they used to shout my name now they whisper it.   Mer 21 Jan - 13:15

Je suis désolée pour la longueur mais surtout pour la blague pourrie, c'est ton elfe de maison qui me déteint dessus. :mdr:
Sinon oui, GRANT. :ghé: :ghé:
Et merciii, ce sera avec plaisir pour les liens !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: (reagan) ○ they used to shout my name now they whisper it.   

Revenir en haut Aller en bas
 

(reagan) ○ they used to shout my name now they whisper it.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Preasidum Facere :: ON THE MAGICAL WORLD :: the sorting hat :: hogwarts express-
Sauter vers: