AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 you make me feel something new (reysen)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
admin ›› power is power.
≈ hiboux envoyés : 197
≈ inscrit(e) le : 19/12/2014
≈ tes points : 125
≈ avatar : Emilia Clarke.
≈ autres comptes : arcadio, ruth et jane.
≈ crédits : ice and fire +avatar, sweet poison +sign.
MessageSujet: you make me feel something new (reysen)   Sam 17 Jan - 19:31



you make me feel something new
You're my best friend, you're that somebody that I could call When I'm feeling bad to get me through it all. Just as long I know it too, I must tell you what is true I just want to thank you for being you. You were there for me to lend me both your helping hands, You were there for me when nobody would understand. In the sense that something new, this is what I have to do I just want to thank you for being you. I want to thank you for all the things you've done before And for other things that I haven't sorn And I can't describe, in the words I say, gratitude I want to thank you for being you. ~ thank you.


La moue renfrognée, Gemma n'avait salué sa tante qu'à demi-mot. Acanthe, qui avait visiblement senti le vent tourner, s'était éclipsée de la cuisine avec sa tasse de café. Elle avait même renversé un peu du liquide sur la manche de sa robe de chambre – enfin « robe de chambre » était un bien grand mot. Disons l'habit en satin qui n'avait presque pas assez de tissu pour dissimuler ce qui lui restait de dignité. La porte de sa chambre claqua quelques secondes après. Souvent, la jeune femme se demandait pour quelles sombres raisons elle avait accepté d'accueillir ce parasite chez elle ; elle pouvait se dire que sa mère l'aurait voulu, mais elle en doutait. Gemma avait seulement remarqué les regards appuyés que Reysen lançait à sa tante, et elle s'était dit que les clients mâles pouvaient éventuellement affluer dans la boutique s'ils remarquaient une aussi exquise créature parmi les ouvrages. Pathétique. Les points posés contre ses joues, de sorte à soutenir sa tête chancelante, Gemma observait le liquide noir qu'elle n'avait pas encore pris la peine de sucrer. Elle ne pouvait tout simplement pas tourner le dos à une personne dans le besoin et, après avoir accueilli Reysen chez elle alors qu'elle ne le connaissait en rien, il aurait été hypocrite de sa part de ne pas en faire de même avec sa tante. Une occasion idéale pour tisser des liens et ce, même si Acanthe était tout ce que Gemma exécrait. Elle portait le nom Bradford – et c'était largement suffisant pour la haïr. Elle n'en pouvait plus de la voir gambader dans l'appartement, ses boucles rousses rebondissant avec aisance autour de son visage pâle.

Ce qu'elle percevait était sûrement teinté de jalousie mais elle ne pouvait pas faire autrement que d'arquer un sourcil entendu lorsqu'Acanthe se rapprochait de Reysen de sa démarche assurée de succube. Elle n'aimait pas son colocataire, pas comme ça en tout cas, même si elle ne se privait jamais de débarquer dans la salle de bain lorsqu'il prenait sa douche. Elle se sentait prise à la gorge par une chose qu'elle ne pouvait pas contrôler – par cet attrait sexuel qui semblait attirer les deux énergumènes qu'elle se traînait. Ils couchaient ensemble. Gemma le savait et elle était excédée de ne pas avoir été mise dans la confidence. De plus, le simple fait d'imaginer Reysen poser ses mains sur les courbes de sa tante lui donnait la gerbe. Acanthe n'avait pas le droit d'investir de la sorte une partie de sa vie en lui subtilisant celui qui était devenu un pilier central dans son existence. Se redressant, la jeune femme baissa les bras et posa ses paumes autour de sa tasse, se réchauffant les mains contre les parois brûlantes. Qu'aurait donc fait Rose à sa place ? Cette question était écœurante, car aucune réponse n'était espérée. Gemma se souvenait de cette dernière journée passée en compagnie de Rose, sans savoir que celle-ci allait sceller un départ aussi surprenant que désagréable. Des conneries d'adolescent dont elle était aussi la victime, à en juger par son comportement à l'égard de ses pairs.

Elle traînait, faisait exprès de laisser refroidir son café. Elle attendait l'apparition miraculeuse de Reysen, chose qui n'allait pas tarder à se produire. Son cœur battait la chamade, tant et si bien qu'elle dut se mordre la lèvre inférieure presque jusqu'au sang pour reprendre une certaine contenance. Elle n'allait pas craquer – certainement pas maintenant. Mais la jalousie était là, bien présente et palpable, et rien n'était susceptible d'atténuer sa peine. Elle aurait pu se dire que cela ne la concernait en rien (ce qui était effectivement le cas en un sens), mais quelque chose la ramenait constamment à ce soupçon de trahison qui faisait parfois une fugace apparition. Un fin soupir passa ses lèvres tandis qu'elle se levait, et attrapait ses toasts grillés au vol. Jonglant avec ces petits pains chauds qui lui brûlaient la pulpe des doigts, Gemma s'affaira alors à beurrer ses toasts avec une application bancale. Toute son attention était focalisée sur la porte que Reysen ne tarderait pas à pousser, comme tous les matins. Elle était fin prête et rien ne pouvait freiner sa féroce envie d'en découdre. Elle n'était plus dos au mur ; elle savait quoi faire, que dire. Tout n'était qu'une question de diplomatie, même si elle n'avait pas l'impression d'en être dotée de si bon matin. Arrachant un morceau de pain grillé avec ses dents, elle le mâchouilla avec conviction, essayant de passer sa frustration dans les coups de mâchoires qu'elle donnait. Enfin la porte de la cuisine grinça et s'entrouvrit, laissant apparaître la tête échevelée de Reysen. Gemma avala sa bouillie beurrée et toussa contre son poing serré, les larmes lui montant presque automatiquement aux yeux.

Un raclement de gorge plus tard, la jeune femme se tortilla sur sa chaise. « Salut » son regard recouvra bien rapidement la piste qui mena l'une de ses mains jusqu'à la anse de sa tasse, portant la porcelaine jusqu'à ses lèvres entrouvertes. Elle en but une gorgée et se brûla la langue. Agitant sa paume libre dans tous les sens, comme si elle voulait expier la douleur par le biais des mouvements désordonnés qu'elle exécutait, sans lâcher son vis-à-vis de son regard bleuté, Gemma peinait à retenir sa verve assassine. « Tu as passé une bonne journée hier ? » avec le petit quart d'heure de détente que tu t'aies octroyé avec ma tante, espèce de sale véracrasse. Dans ses songes, Gemma essayait de tourner les choses de manière comique afin de ne pas s'effondrer. Force était de constater qu'elle n'avait pas envie de rire. Ses prunelles tombèrent de nouveau en direction du liquide sombre qu'elle aurait mieux fait d'ingurgiter totalement avant de disparaître. « La situation est suffisamment compliquée comme ça, Rey » Elle se mordit l'intérieur de la joue et fit le décompte de ce qu'elle avait vécu jusqu'à présent – la disparition de Rose, le déclin de la librairie, l'arrivée triomphale de sa tante. Reysen était sûrement la seule étincelle d'espoir qui était parvenue à la faire se redresser – il la portait parfois à bout de bras. Elle leva un index vengeur pour l'intimer au silence. « alors si tu pouvais juste éviter de baiser Acanthe, je t'en serais infiniment reconnaissante. Je parie que tu es capable de te retenir – après toutes ces années passées à Azkaban, tu devrais être sevré du sexe et de toutes ces conneries. » Ou au contraire, la chair lui avait tellement manqué qu'il s'était précipité vers la première femme attirante qu'il avait croisée. Sujette au manque de confiance en soi, Gemma baissa le nez vers sa propre poitrine avant de se redresser totalement et de retourner à la contemplation de sa tasse de café. Discussion close. Elle avait gagné.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
admin ›› power is power.
≈ hiboux envoyés : 481
≈ inscrit(e) le : 22/07/2014
≈ tes points : 428
≈ avatar : luke evans.
≈ autres comptes : annie, daario et ellie.
≈ crédits : moi-même (avatar).
MessageSujet: Re: you make me feel something new (reysen)   Dim 18 Jan - 18:16

Come on friends get up now
GEMMA FAWKES & REYSEN OSWALD
This one's for the lonely. The ones that seek and find Only to be let down Time after time. This one's for the torn down The experts at the fall, Come on friends get up now You're not alone at all. And this part was for her, This part was for her, This part was for her. Does she remember ? It comes and goes in waves.This one's for the faithless, The ones that are surprised. They are only where they are now Regardless of their fight. ~ comes and goes.

La nuit avait été longue, comme la plupart des nuits depuis sa sortie d’Azkaban. Trouver le sommeil état devenue une chose des plus compliquées. Les rares moments de sommeil dans lesquels il arrivait à sombrer étaient rythmés par d’effroyables cauchemars lui rappelant trop bien ce qu’il avait connu pendant son séjour en prison. Ses cauchemars étaient tellement dérangeants qu’il ne dormait que quelques heures par nuit et encore, ce n’était pas comme ça toutes les nuits. Le manque de sommeil était devenu une habitude là-bas dans la prison d’Azkaban. Il n’espérait plus retrouver des nuits tranquilles, il avait pris l’habitude de se contenter de ce qu’il avait. Bien que les marques de fatigues se voient aisément sur son visage, il semblait qu’il vivait plus ou moins bien avec sa fatigue. De toute façon, il n’avait pas besoin d’être particulièrement attentif dans son métier, il était vendeur dans une librairie connaissant un certain déclin, alors il était clair que ça ne demandait pas autant de vigilance que le métier d’auror qu’il avait exercé avant de se retrouver à Azkaban. Gemma ne lui avait jamais reproché la qualité de son travail alors il fallait croire que malgré tous ses problèmes, il était assez compétent dans ce qu’il faisait. Heureusement parce qu’à part ça, il ne voyait pas ce qu’il pouvait faire de sa vie. Ruth avait bien essayé de lui retrouver son travail d’auror au sein du ministère de la magie, mais il n’en voulait pas de cet emploi. Il avait l’impression d’avoir été trahi par le ministère de la magie. L’homme qui avait tué son fils était un haut gradé dans ce ministère et ça l’avait rendu intouchable. On l’avait pris pour un fou quand il l’avait accusé d’appartenir aux mangemorts et d’avoir assassiné la moitié de la famille Everdeen. Il s’était fait justice lui-même et pour ça il avait payé le prix fort. Il avait bien su qu’il finirait en prison pour ce geste, mais il ne le regrettait pas. Ce qui était regrettable c’est qu’il ait fallu six ans pour qu’ils se rendent compte qu’il avait eu raison, qu’il s’agissait d’un mangemort et que techniquement, on avait donné le droit aux aurors d’abattre les mangemorts. Il n’avait pas été véritablement en tord et il avait quand même passé six longues années derrière les barreaux. Six années pendant lesquelles il avait tout perdu. Il avait l’impression que sa famille lui était inaccessible, il avait peur de la façon dont on allait le juger et sa femme avait refait sa vie avec un autre. Sa femme l’avait probablement tout autant trahi que le ministère de la magie. Malgré ses promesses, elle était partie avec un autre et peut-être qu’après six ans, on pouvait facilement trouver ça normal, mais elle lui avait également caché sa grossesse, alors il avait un second fils qu’il ne connaissait même pas. Elle avait ses raisons sans doute, mais elle avait toujours su qu’il n’était pas juste un meurtrier insensé, elle savait que ce qu’il avait fait, il l’avait fait pour leur enfant et malgré tout, elle l’avait laissé tomber. Il ne lui restait plus rien de sa vie d’avant, alors, être vendeur dans cette petite librairie c’était ce qu’il avait de mieux. Gemma était l’une des rares personnes à lui accorder sa confiance et à lui offrir une seconde chance, alors son boulot ici était important, tout autant que l’amitié qu’il avait tissée avec la jeune femme. Sans elle il serait encore en train de squatter une chambre pourris dans l’auberge du coin, avec elle, elle avait une vraie chambre dans une vraie maison. Certes la vie en collocation n’était pas des plus évidente ; il semblait que Gemma avait bien du mal à respecter les principes de vie privée, mais elle était chez elle, alors il pouvait difficilement la blâmer pour son comportement, il ne pouvait que continuer à râler à chaque fois qu’elle rentrait dans la salle de bain, comme si de rien était alors qu’il était sous la douche. Avec le temps, il avait presque l’habitude de la voir de pointé là-dedans sa penser une seule seconde que ça pouvait avoir quelque chose de dérangeant. Peut-être qu’il devrait envisager de faire la même chose pour lui montrer ce que ça faisait. Une idée qui lui avait déjà traversé l’esprit, mais qu’il n’osait pas appliquer, sans doute parce que – contrairement à Gemma – il avait conscience que ça pouvait vraiment déranger.

Malgré les soucis qu’il pouvait rencontrer au quotidien avec sa colocataire, ou ses colocataires puisque désormais, la tante de la jeune femme avait également trouvé refuge dans l’appartement de Gemma, il pouvait s’estimer heureux de vivre ici et non pas dans une chambre d’auberge, ou pire dans la rue, avec comme seule compagnie celle d’une bouteille de whisky, puisqu’il passait quand même pas mal de temps le nez là-dedans. Il avait presque l’impression que l’alcool pouvait résoudre la plupart de ses problèmes, ce n’était qu’une illusion parfaitement vaine, mais il avait un peu trop tendance à s’y accrocher. Sorti du lit de bonne heure après quelques heures de sommeil rythmé par des cauchemars oppressants, le sorcier était sorti de son lit pour constater que pour une fois, il semblait qu’il soit le dernier levé. C’était rare, presque improbable même, mais pourtant c’était bien le cas. Il avait croisé Acanthe dans le couloir qui lui avait accordé un sourire séducteur, comme elle le faisait souvent. Il répondit à son sourire, son regard s’attardant sur le peu de vêtements qu’elle portait – Acanthe semblait avoir du mal avec la notion de vêtements, ce qui en soit n’était pas un problème pour lui – avant de tracer son chemin dans le couloir pour rejoindre la cuisine où Gemma était occupée à tourner son café. Il ouvrit la bouche pour la saluer, mais la referma aussitôt qu’elle prit la parole. Il haussa légèrement les épaules. Logiquement, quand une journée commence, on demande aux gens s’ils ont passé une bonne nuit, mais on les interroge rarement sur la journée de la veille. Enfin, ça avait été une journée comme les autres, il n’avait pas grand-chose à dire là-dessus. D’un geste machinal, il versa du café dans une tasse avant de s’installer en face de Gemma qui ne tarda pas à reprendre la parole. Il semblait que la jeune femme était particulièrement sur la défensive et elle n’approuvait de toute évidence pas la relation qu’il pouvait avoir avec sa tante. En quoi est-ce que ça pouvait la déranger ? Ils étaient adultes, majeurs consentant, ils pouvaient bien faire ce qu’ils voulaient. Ce n’était pas comme si elle pouvait s’attendre à ce qu’ils lui annoncent prochainement leurs fiançailles. De toute façon, officiellement, Reysen était toujours marié, alors ça ne risquait pas d’arriver et sa relation avec Acanthe était purement et simplement physique. La réplique de la sorcière lui fit arquer un sourcil. Il reposa rapidement la tasse qu’il venait de porter à ses lèvres sur la table. « J’ai passé six ans à Azkaban et je ne suis pas franchement certain qu’on puisse être sevré du sexe, ou alors je suppose qu’il faudrait déjà de base être addict. Ce n’était pas mon cas. Mais est-ce qu’on va vraiment parler de ma vie sexuelle au petit déjeuné ? » Il était certain qu’il y avait des sujets de conversation qui valaient davantage la peine que ça et quand bien même ça aurait pu être passionnant – ce qui n’était pas le cas selon lui, c’était surtout privé – il était certain que ce n’était pas le moment idéal pour parler de ça. « Est-ce que tu es jalouse ? » Pour le coup, il ne voyait pas d’autre explication possible à la situation et encore, c’était déraisonné comme explication. Elle n’avait pas à être jalouse de quoi que ce soit, surtout pas de cette relation qu’il pouvait avoir avec Acanthe. « Est-ce que ça t’aiderait si je te promettais que si jamais y avait le feu et que je ne pouvais sauver que l’une de vous, je te sauverais toi ? » Il ne pu s’empêcher de sourire, c’était de l’humour, bien évidemment, pas qu’il ne voudrait pas sauver Gemma dans ce genre de situation, mais dans la logique des choses, il préférerait quand même ne pas avoir à faire un choix entre les deux femmes. Leurs disputes de famille ne le concernait pas, il n’avait pas envie de s’en mêler, pas envie de prendre parti alors si seulement, elles avaient pu régler ça sans le mêler à l’histoire, ça l’aurait fortement arrangé. De toute évidence il y avait peu de chance pour que ce soit possible. Il reprit sa tasse de café pour en avaler une large gorgée, il en avait bien besoin, la journée allait certainement être très longue.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

you make me feel something new (reysen)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Make Up For Ever
» Rouge Artist Intense Make Up For Ever
» Palettes Make up For ever
» Commander chez Make up Atelier
» formes des make up
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Preasidum Facere :: HOGWARTS AND SURROUNDINGS :: hogsmeade-
Sauter vers: