AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (lewyn) so close but so far away

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
membre ›› This Sorrowful Life
≈ hiboux envoyés : 181
≈ inscrit(e) le : 15/01/2015
≈ tes points : 259
≈ avatar : emma stone
≈ crédits : promethee (avatar) + alcaline (signa)
MessageSujet: (lewyn) so close but so far away   Dim 18 Jan - 18:17

so close but so far away

Autumn avait toujours aimé travailler en groupe. Elle n'avait aucun souvenir d'un examen qu'elle n'ait pas au moins partiellement révisé avec d'autres personnes. C'était plus sympa, à ses yeux, de se poser des questions, de se tester, mais aussi de répondre aux questions des autres. Les groupes de révision engendraient souvent des fous rires, ou des discussions qui finissaient par devenir de parfais moyens mnémotechniques pour se rappeler de ce qu'on avait du mal à apprendre. Après presque cinq ans à sillonner le monde sans avoir d'examens ou de révisions à faire, Autumn avait eu besoin de quelques semaines pour se remettre dans le bain des études, mais ça avait été plus facile qu'elle ne l'avait imaginé. Notamment grâce à ses nouveaux amis, rencontrés fin août, au tout début de la formation. Ils venaient tous d'horizons différents, n'avaient pas tous le même âge, mais travaillaient au même but : réussir la première année de formation en médicomagie. Avec eux, tout se passait bien. Ils avaient beaucoup de fous rires, discutaient de tout et de rien, mais savaient aussi être sérieux quand il le fallait, et grâce à cela, la jeune irlandaise avait pu regoûter aux joies du travail en groupe. C'était presque devenu une routine : après les cours, qui terminaient environ vers quinze heures la plupart de la semaine, ils filaient à la cafétéria ou à la bibliothèque, et passaient quelques heures tous autour d'une table à revoir les cours de la journée et à les approfondir. Ils voyaient peu de gens aussi sérieux qu'eux là-dessus, et c'était franchement rassurant de se savoir en avance dans les révisions. Il fallait garder le cap, et tous étaient prêts à bosser comme des dingues. C'était peut-être trop tôt, mais ils pensaient tous déjà aux jours où ils seraient tous habillés des robes émeraude de l'hôpital Sainte-Mangouste, et où ils travailleraient tous ensemble. C'était une perspective qui faisait beaucoup de bien à Autumn : l'idée d'avoir une bande d'amis qu'elle pourrait garder pour la vie. Pourtant, on ne peut pas dire que ça lui avait manqué, ces dernières années. Au contraire : Lewyn lui suffisait amplement, il était à la fois son frère et son meilleur ami. Quand elle était avec lui, elle n'avait besoin de personne d'autre. Faire de nouvelles connaissances lui avait pourtant redonné le goût de la routine, et l'envie de construire enfin quelque chose de stable et de concret.

L'apprentissage de la médicomagie était loin d'être tranquille, et c'était avec horreur qu'Autumn avait découvert au début de l'année qu'elle allait devoir aller en cours même le samedi matin. Au début, ça avait été un vrai sacrifice. Elle qui avait l'habitude de prendre un bon petit déjeuner avec Lewyn devait se dépêcher et se lever aux aurores pour ne pas louper Blessures liées aux créatures magiques... Mais plus le temps passait, plus elle appréciait de passer la matinée avec ses amis, et souvent, ils finissaient aussi par déjeuner ensemble, testant les coins inconnus de Londres. Oui, elle s'habituait peu à peu à cette vie, et l'aimait aussi de plus en plus. C'est sûrement pour cela que ce matin, elle n'avait pas attendu la deuxième sonnerie du réveil pour se lever. Qu'elle avait pris le temps de profiter d'une bonne douche et d'un bon petit déjeuner avant de partir le sourire aux lèvres. Le cours n'avait pas été le plus intéressant du monde, mais au moins, elle avait l'impression d'avoir été active, productive ce matin, et ça la mettait dans une humeur radieuse. Commencer cette formation était sûrement l'une des meilleures choses qui lui soient arrivées. Après ces quatre heures intenses, ses amis et elle s'étaient décidés à se mettre en quête d'un restaurant français où déjeuner et où reparler de ce qu'ils venaient d'apprendre. Andrew avait entendu parler d'un endroit sympa à quelques minutes à pied du centre des étudiants. Ils étaient donc désormais tous emmitouflés dans leurs manteaux, leurs sacs sur l'épaule, à marcher dans les rues de Londres. Autumn, ce matin, avait oublié son écharpe, celle qu'elle ne quittait pourtant jamais et que Lewyn lui avait offerte deux ans auparavant. Alors Benjamin, galant à toute épreuve, lui avait enroulé la sienne autour du cou. Certes, elle était plus masculine, mais tout était bon à prendre quand le froid commençait à mordre comme aujourd'hui. La jeune femme savait bien qu'elle aurait du refuser, parce que Benjamin tentait de lui faire comprendre depuis plusieurs jours déjà qu'il l'appréciait. Accepter son écharpe, c'était lui donner de l'espoir, alors qu'il n'y en avait pas. Mais elle n'avait pas voulu lui faire de la peine, et puis mince, elle avait froid. Il avait sourit, satisfait, et elle avait fait semblant de ne pas voir qu'il essayait de faire de l'eye-contact. Elle marchait entre lui et Alaina désormais, et Andrew leur indiqua de tourner à droite, puisque c'était dans cette rue que se trouvait normalement le restaurant. Autumn resserra l'étreinte de l'écharpe de Ben autour de son cou. « Qu'est-ce que j'ai faim ! » fit-elle en souriant.

La conversation allait bon train, et la rousse y participait joyeusement, heureuse d'être enfin en week-end. Ce soir, elle proposerait peut-être à Lewyn d'aller au cinéma moldu, s'il n'avait rien de prévu. Histoire de passer tout de même un peu de temps ensemble. Depuis qu'elle avait commencé la médicomagie, son temps ne lui appartenait plus autant qu'avant, et cela avait radicalement changé les choses entre eux, aussi idiot que cela puisse paraître. Elle regarda droit devant elle, et plissa les yeux. Au loin, une silhouette qu'elle ne connaissait que trop bien avançait dans leur direction. Elle se pinça la lèvre. Ce n'était pas qu'elle n'avait pas envie de le croiser, non, pas du tout. Au contraire. Mais il y avait un tel fossé entre sa vie avec Lewyn et sa vie d'étudiante en médicomagie que l'idée que ces deux mondes se télescopent lui faisait un drôle d'effet. Bien sûr, elle avait parlé de son frère adoptif à ses amis, et leur en avait dressé un portrait sans failles. Ils voulaient même le rencontrer mais... Quelque chose clochait, dans tout ça. Alors Autumn n'était pas très à l'aise, sans arriver à mettre le doigt sur le  pouquoi de cette situation. Les yeux du jeune homme tombèrent sur elle, et elle lui envoya un sourire. Elle replaça une mèche de cheveux derrière ses oreilles et s'approcha de son frère. « Salut. » Ce n'était pas vraiment son style, de dire salut à Lewyn. Du moins pas comme ça. Elle se tourna vers ses amis derrière elle. « Hum.. Vous qui vouliez voir mon frère, eh bien, le hasard vient de vous l'apporter sur un plateau. Lewyn, voici Andrew, Alaina et Benjamin. » Elle lui avait déjà parlé d'eux, plus ou moins, mais sans entrer dans les détails. Elle les laissa saluer Lewyn et leur annonça : « Je vous rejoins dans pas longtemps, avancez sans moi. » Puis elle reposa ses yeux sur son frère, étrangement mal à l'aise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
admin ›› power is power.
≈ hiboux envoyés : 406
≈ inscrit(e) le : 22/12/2014
≈ tes points : 311
≈ avatar : Thomas Brodie-Sangster
≈ autres comptes : Andromeda et Willem
≈ crédits : shiya (avatar), lokiddles (sign)
MessageSujet: Re: (lewyn) so close but so far away   Lun 19 Jan - 20:35

Quand le réveil sonna ce matin-là, Lewyn se leva d’un bond, plein de bonne volonté et d’entrain. Ce qui était plutôt exceptionnel, pour selon qu’on était samedi et qu’il tenait habituellement à ses grasses matinées avec une ferveur quasi-religieuse. Mais sa bonne humeur retomba comme un soufflé sortant du four, quand il débarqua dans la cuisine et qu’il vit un bol déposé dans l’évier et les affaires du petit déjeuner encore bien en évidence sur la table. Il vérifia sa montre et poussa un soupir accablé. Comment pouvait-il sincèrement vouloir faire plaisir à Autumn en se levant à ses heures habituelles, afin de partager le petit-déjeuner avec elle avant qu’elle n’aille en cours, si elle se mettait en tête de partir plus tôt le seul samedi où il avait assez de foi pour se lever ? Il avait même mis son réveil, par Merlin ! Dépité, il se laissa tomber sur une chaise et mordit dans un toast pas même beurré, ronchonnant sa mauvaise humeur et pestant sur le fait qu’Autumn soit une si bonne élève. Ca n’aurait pas du l’étonner – et au fond ça ne l’étonnait pas, il avait juste besoin de boire un premier café pour s’en rendre compte – Autumn avait toujours été ainsi, studieuse et très travailleuse quand elle voulait atteindre son but. Nul doute que ce nouveau but, elle voulait l’atteindre avec beaucoup de hargne pour se lever aussi tôt ! Lewyn termina son petit déjeuner dans le silence de leur cuisine, se demandant ce qu’il allait bien pouvoir faire de sa matinée, à présent qu’il était levé. De toutes ses connaissances, sans doute personne n’avait eu la même idée que lui, et il était condamné à rester seul au moins jusqu’à l’après-midi. Contrairement, à Autumn, lui n’avait pas de devoirs ou de cours à réviser pour le tenir occupé. Mais finalement, il s’habilla prestement et se dirigea vers le Chemin de Traverse, sa motivation étant remontée en flèche à présent qu’il avait une idée de la façon dont il allait s’occuper. Il avait laissé son travail inachevé, la veille au soir, quand il avait du quitter la boutique de jouets où il était employé. Il était en pleine fabrication d’un balai dont il était particulièrement fier, et il n’avait été sorti de sa concentration que parce que son patron voulait fermer la boutique. Il avait été mis dehors contraint et forcé, sous le rire du maître artisan qui l’avait rabroué gentiment. « Tu n’as qu’à revenir demain si tu y tiens tant ! » C’était une plaisanterie et Lewyn n’y avait pas pensé sérieusement, du moins pas jusqu’à ce qu’il se lève quasiment aux aurores et qu’il ne lui reste plus que cette alternative pour passer une matinée constructive. Il se présenta à la boutique tout sourire, savourant la mine surprise de son patron, et se remis au travail sans attendre.

L’avantage avec son travail, c’était qu’il le passionnait. Lewyn adorait construire des choses de ses mains, et y ajouter la touche de magie qui ferait des objets inanimés de véritables pièces d’art prêtes à tirer des exclamations de joie aux plus jeunes. Il pouvait passer des jours sur le même artefact sans se lasser, pour en tirer le meilleur. Le temps filait sans qu’il le voie, dans ce petit atelier où se sentait si bien. Ainsi, la matinée passa à une vitesse ahurissante, et le désagrément de s’être levé tôt disparut bien vite … Jusqu’à ce que son estomac le rappelle à l’ordre, lui signalant que l’heure était venue de lâcher ses outils pour s’emparer de la nourriture terrestre. Cette fois, Lewyn quitta la boutique sans avoir l’intention d’y remettre les pieds avant le lundi, une réflexion qu’il précisa à haute voix et qui fit à nouveau bien rire son patron. Après ça, il flâna dans le Chemin de Traverse, hésitant entre s’acheter quelque chose à grignoter en chemin ou rentrer à l’appartement faire la cuisine. La dernière option s’imposa pourtant d’elle-même quand il se souvint qu’Autumn n’avait cours que le matin, les samedis, et que cette fois il n’y avait pas de raison pour qu’il la manque ! Il avait encore du mal à mémoriser son emploi du temps et il y aurait encore souvent des loupés comme celui de ce matin, mais il allait faire de son mieux pour essayer de coordonner son agenda sur le sien. Ils avaient passé des années collés l’un à l’autre, et c’était tellement étrange de ne plus jamais se voir … La rupture s’était faite trop brutalement pour Lewyn, qui n’arrivait pas à s’y faire. Mais il gardait ses remarques pour lui et essayait d’empiéter le moins possible sur la vie de sa sœur.

Plongé dans ses pensées, il ne vit qu’au dernier moment le groupe de jeunes qui marchait vers lui, et il réalisa que parmi eux … Se trouvait Autumn. Il cacha sa surprise de son mieux et se demanda une seconde s’il devait faire comme s’il ne les avait pas vus – mais trop tard bien entendu. Autumn était déjà devant lui. Son regard scanna rapidement les visages des trois autres personnes avec elle, mais n’en reconnut aucun. Et bizarrement, il n’apprécia pas ce constat. « Salut. » Alors ça, c’était bizarre. Depuis quand est-ce qu’elle ne l’avait plus salué de cette façon ? Il ne se souvenait pas, en réalité, d’avoir entendu ce mot pour lui dans la bouche de la jeune femme. Elle avait l’air aussi mal à l’aise que lui, c’était dire ! « Hum.. Vous qui vouliez voir mon frère, eh bien, le hasard vient de vous l'apporter sur un plateau. Lewyn, voici Andrew, Alaina et Benjamin. » Les mains dans les poches, Lewyn adressa un signe de tête à chacun des visages qu’Autumn avait nommés. Comment ça, ils voulaient le rencontrer ? Lui n’avait jamais émis le souhait de les voir, ces amis dont Autumn lui avait plusieurs fois parlé. « Salut … » L’enthousiasme ne l’étouffait pas, mais il venait de remarquer que sa sœur avait noué autour de son cou une écharpe inconnue au bataillon. Elle était en grosse maille unie, et ressemblait plutôt à un accessoire typiquement masculin qu’à quelque chose qu’Autumn pouvait porter. A moins que ce soit uniquement sa jalousie qui ait prit contrôle de ses neurones, mais il était soudain certain que le vêtement appartenait à un des deux garçons. « Je vous rejoins dans pas longtemps, avancez sans moi. » La voix d’Autumn le sortit de ses pensées, et il vit les trois jeunes s’éloigner, le laissant seul avec sa sœur. Génial. Il n’avait pas du tout envie d’un tête-à-tête, en cet instant. « Ne te dérange pas pour moi, rejoins-les. J’allais au boulot de toute façon, j’ai pas trop le temps de discuter. » Il ne comprenait même pas pourquoi il avait dit ça. Il était en colère contre elle sans même savoir pourquoi, et ça l’agaçait encore plus. « On se voit ce soir, si tu rentres pas trop tard ? » Sans réellement attendre de réponse, il ajouta : « Allez, bon après-midi. » Et tourna les talons.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
membre ›› This Sorrowful Life
≈ hiboux envoyés : 181
≈ inscrit(e) le : 15/01/2015
≈ tes points : 259
≈ avatar : emma stone
≈ crédits : promethee (avatar) + alcaline (signa)
MessageSujet: Re: (lewyn) so close but so far away   Mer 21 Jan - 22:32

so close but so far away

Autumn ne savait pas vraiment comment tout ça avait commencé. C'était arrivé sans que tous les deux s'en rendent vraiment compte. Ils étaient rentrés d'Amérique du Sud sans avoir le projet de repartir, puis elle avait décidé de reprendre ses études... Et aujourd'hui ils en était là. Le malaise s'était installé, sournois. C'était quelque chose qu'elle avait beaucoup de mal à comprendre : tous deux se connaissaient par cœur, avaient vécu des choses que peu de frères et sœurs avaient eu la chance de vivre. Jamais elle n'avait ressenti la moindre gêne avec Lewyn jusqu'à aujourd'hui. Il était justement la seule personne sur terre avec qui elle pouvait se permettre d'être totalement elle-même. Elle savait qu'il l'aimait envers et contre tout, elle n'avait pas besoin de lui jouer le numéro de la fille adorable tous les jours. Elle ne s'était jamais posé de questions en sa présence. Ils avaient été tant plongés dans leur bulle lors de leurs voyages que parfois, elle avait eu l'impression qu'ils étaient seuls au monde, et elle avait aimé ça. Alors comment les choses avaient-elles pu se dégrader à ce point ? Était-ce la faute de Lewyn, qui traînait un malheur constant depuis qu'il avait renoncé à retrouver sa famille ?  Il ne s'en rendait peut-être pas compte, mais il avait perdu son sourire, perdu son enthousiasme dans la vie de tous les jours et ça, Autumn le voyait bien. Mais elle avait passé trois ans, et même plus à essayer de l'aider. Aujourd'hui, elle ne savait plus quoi faire. Était-ce sa faute à elle, qui avait décidé de reprendre ses études, coupant court à de nouvelles possibilités de voyages pour eux ? Parfois, elle se le demandait, et culpabilisait. Mais elle ne voulait pas trop y penser, parce qu'elle était fascinée par la médicomagie et que, même si elle se faisait du souci pour Lewyn, elle était persuadée que commencer dans cette filière était la meilleure décision qu'elle ait jamais prise. Elle voulait penser un peu à elle, et à son futur. C'était égoïste, sans aucun doute, mais elle se devait bien ça, après trois ans à sillonner le monde pour Lewyn, non ? Était-ce la faute du destin, qui inévitablement les menaient sur des chemins différents ? C'était la première fois dans leur vie qu'ils prenaient clairement des chemins différents. Jusqu'à aujourd'hui, ils avaient toujours été comme les deux doigts de la main. Ils avaient été dans les mêmes classes, avaient suivi l'autre quoi qu'il arrive. Ces trois dernières années, ils avaient été contraints de se séparer quelques temps parfois quand ils revenaient à Londres et trouvaient du boulot pour quelques mois... Mais ce n'était pas pareil : ils savaient toujours qu'ils finiraient par repartir ensemble. Cette fois, c'était différent. Autumn n'avait aucune idée de quoi leur futur serait fait. Ils seraient bien obligés, à un moment ou un autre, de prendre leurs propres voies, et d'arrêter de s'accrocher l'un à l'autre comme on le leur avait longtemps reproché à Poudlard, non ? Elle avait du mal à l'imaginer, quand bien même ils étaient inévitablement sur ce chemin.

Lewyn la regardait avec un air qui ne lui ressemblait pas vraiment. Visiblement, il était aussi surpris qu'elle qu'ils se croisent comme ça, dans une rue aléatoire de Londres. Et il était aussi surpris par les mots qu'elle avait choisi pour l'entrée en matière, elle pouvait le lire dans ses yeux. Ses entrailles se serrèrent. Il était à la fois très familier et comme un étranger pour elle, c'était vraiment, vraiment étrange et inexplicable. « Salut … » répondit-il à ses amis lorsqu'elle les lui présenta. Elle afficha un sourire mais lui en voulut un peu de ne pas être plus chaleureux avec ses acolytes. Après le portrait qu'elle leur avait fait de lui, ses camarades futurs médicomages devaient se demander s'il n'y avait pas erreur sur la personne. Lewyn aurait au moins pu faire un effort. Elle remarqua les yeux de son frère qui se posèrent sur son écharpe et par réflexe, elle posa une main sur le tissu autour de son cou, comme si cela suffisait à le masquer. Elle n'aurait même pas du se sentir mal à l'idée de porter l'écharpe de quelqu'un d'autre, de toute manière, Lewyn était son frère, et il devait bien se douter qu'il y avait des garçons dans sa vie, dans son entourage. « Ne te dérange pas pour moi, rejoins-les. J’allais au boulot de toute façon, j’ai pas trop le temps de discuter. » Autumn fronça les sourcils. « On se voit ce soir, si tu rentres pas trop tard ? » Elle eut la désagréable impression que cette phrase sonnait comme une accusation. Peut-être interprétait-elle mal, mais vu le ton qu'il empruntait, difficile de faire autrement. « Allez, bon après-midi. » ajouta-t-il, froid comme la glace, en tournant les talons. Autumn eut un moment d'hésitation, un peu abasourdie par la réaction de son frère. Finalement, les sourcils toujours froncés, elle l'attrapa par le bras, le forçant à s'arrêter. Elle le contourna pour se planter devant lui. « Je croyais que tu ne travaillais pas aujourd'hui ? » Et surtout, elle voyait mal pourquoi son frère lui aurait menti sur la question, ça n'avait pas d'intérêt. Elle pencha la tête un peu sur la gauche, comme si elle l'étudiait avec souci. « T'as passé une mauvaise matinée ou quoi, qu'est-ce qui se passe ? » demanda-t-elle avant d'ajouter, finalement, puisque c'était ça qui la titillait vraiment : « Est-ce que j'ai fait quelque chose de mal ? » La question était légitime : il était rare qu'il ait ce comportement envers elle. Ils ne se disputaient que très rarement, et même si cela ressemblait plus à un malaise qu'à de la colère, ça ressemblait pas mal à une dispute aux yeux de la jeune Autumn qui n'était pas une habituée des conflits. Elle avait complètement oublié ses amis qui l'attendaient sûrement dans le restaurant. Elle voulait régler la situation avec Lewyn, c'était la seule chose qui lui importait, là tout de suite. Il était bien plus important que ses camarades de classe, même si elle ne lui en avait peut-être pas donné l'impression ces derniers jours. « Tu peux venir manger avec moi, si tu veux, enfin avec nous, ou alors on peut aller manger tous les deux, si tu préfères... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
admin ›› power is power.
≈ hiboux envoyés : 406
≈ inscrit(e) le : 22/12/2014
≈ tes points : 311
≈ avatar : Thomas Brodie-Sangster
≈ autres comptes : Andromeda et Willem
≈ crédits : shiya (avatar), lokiddles (sign)
MessageSujet: Re: (lewyn) so close but so far away   Sam 24 Jan - 23:11

Lewyn n’avait absolument pas l’habitude de se comporter ainsi avec Autumn. Il avait la désagréable impression de lui faire une scène de jalousie, comme un gamin capricieux à qui on aurait demandé de prêter ses jouets, et ça ne faisait que renforcer son malaise. De toutes les années qu’ils avaient passées ensemble – et pour lui, cela signifiait une vie entière, car il n’y avait rien avant elle – il avait toujours accepté qu’elle ait une vie à elle. C’était même assez évident, il ne s’était jamais senti un droit quelconque sur elle, pour lui imposer des relations ou des activités. Bon, il avait quelquefois un peu trop imposé ses propres décisions, sans doute, comme quand ils étaient partis si souvent en voyage ensemble au détriment de ses emplois ou des études qu’elle aurait pu vouloir commencer … Mais jamais il ne l’avait fait sans lui laisser le choix, d’une façon ou d’une autre. Elle avait bien assez de caractère pour le remettre à sa place quand elle ne voulait pas le suivre ! Seulement, à présent les choses semblaient différentes. Plus amères, sans doute, et moins évidentes qu’avant. Il avait peut-être passé trop de temps à être seul avec elle … Il avait du mal à s’éloigner, à accepter qu’elle se crée une vie où il n’avait pas sa place. Parce que, clairement, il n’y avait plus sa place. Il n’y avait qu’à la voir, toute souriante au milieu de ces gens qu’il n’avait jamais vus, pour se diriger vers un restaurant branché avant d’aller passer l’après-midi à faire les boutiques ou Merlin savait quoi d’autre. Bref, ils allaient passer du bon temps, c’était normal, mais il n’était pas habitué à ce qu’elle s’amuse sans lui. Même à Poudlard, ils faisaient partie de la même bande d’amis. Il n’était pas le frère aîné protecteur qui scrutait la vie de sa sœur sans y avoir été mêlé, il avait le même âge qu’elle et par conséquent, il avait toujours tout fait avec elle. Ca lui faisait bizarre que ça change, c’est tout … Bon, ce n’était pas tout, pas vraiment. Parce qu’il y avait aussi cette écharpe qu’elle portait. Lewyn pouvait parier qu’un soir, elle finirait par passer la nuit avec un des deux garçons – le propriétaire de l’écharpe – plutôt que de rentrer à leur appartement. Et en théorie, cette idée n’aurait pas du le faire grincer des dents comme elle le faisait actuellement. Mais même avec la meilleure volonté possible, il n’aimait pas ça, pas du tout, et son humeur s’en ressentait fortement. D’où sa conduite inqualifiable avec sa sœur, alors qu’elle ne lui avait rien fait du tout.

Mais même en sachant qu’il était plus stupide qu’une larve de véracrasse et qu’il allait s’en mordre les doigts dès qu’il aurait tourné à l’angle de la rue, cela n’avait pas empêché Lewyn de faire mine de s’en aller. C’était sans compter sur l’instance d’Autumn, qui le rattrapa rapidement par le bras pour lui faire faire volte-face. Il la regarda droit dans les yeux, le visage toujours fermé. Il aurait préféré fixer le sol que de voir son air interrogateur, mais c’était la meilleure façon de lui dire qu’il mentait de façon éhontée. Et il préférait éviter qu’elle le sache aussi vite. « Je croyais que tu ne travaillais pas aujourd'hui ? » Il haussa les épaules. Vu comme il avait commencé, autant continuer sur sa lancée. « Mon patron a eu une commande urgente, il m’a demandé de venir l’aider. » Ce n’était pas si exceptionnel, il était déjà venu bosser les samedis, mais jamais sans prévenir Autumn, et bien entendu, jamais pour servir d’excuse afin d’éviter sa présence. « T'as passé une mauvaise matinée ou quoi, qu'est-ce qui se passe ? » Cette fois, il détourna quand même le regard, gêné. Décidemment, il détestait cette situation, et regrettait de s’y être engagée. Il aurait mieux valu qu’il fasse un grand sourire hypocrite à ses amis et qu’il se force à leur faire la conversation quelques minutes, ça lui aurait évité de devoir mentir frontalement à Autumn comme il le faisait maintenant. « Est-ce que j'ai fait quelque chose de mal ? » Il haussa les sourcils et secoua la tête comme si c’était la chose la plus impensable qui soit. Dans le fond, elle n’aurait même pas du avoir à se poser cette question. Elle, elle n’avait rien fait de mal … C’était lui, comme toujours, qui réagissait de façon disproportionnée. « Mais non, tu te fais des idées. La matinée a été plutôt bonne, je suis juste … pressé d’y aller, ce sera plus vite terminé. Et toi ? Vous avez bien travaillé ? » Inconsciemment, il avait mis l’accent sur le dernier mot, et il le regretta très vite. Cette petite touche de sarcasme n’allait pas lui échapper, et elle allait très vite comprendre ce qu’il lui reprochait. Il se demandait depuis combien de temps elle utilisait l’excuse de ses études pour lui fausser compagnie avec ses amis … Mais il se demandait aussi pourquoi il oubliait constamment qu’il avait pris la bonne résolution de la laisser vivre sa vie cette année, après l’avoir traînée derrière lui si longtemps. Il était désespérant ! « Tu peux venir manger avec moi, si tu veux, enfin avec nous, ou alors on peut aller manger tous les deux, si tu préfères... » Cette fois, c’était officiel, il se sentait vraiment coupable de son comportement et de ses paroles. Il se passa la main dans les cheveux dans un geste nerveux, se demandant comme il pouvait rattraper la situation avec Autumn. Elle essayait visiblement d’être gentille avec lui alors qu’elle avait remarqué que quelque chose clochait … Mais il pouvait difficilement revenir sur son mensonge, à présent. « J’ai pas vraiment le temps, mais t’inquiète pas, profite de tes amis, ils doivent t’attendre … Et je ne voudrais pas m’immiscer entre vous. » Il hésita une seconde, se racla la gorge. « Mais on mange ensemble ce soir ? On pourrait aller dans ce nouveau resto indien ? » Ca faisait des jours qu’elle lui parlait de ce restaurant qu’elle voulait absolument essayer, et ils n’avaient pas encore eu le temps d’y aller. Il espérait que sa proposition passerait pour une demande d’excuse. En quelques sortes.

_________________

Well you see her when you fall asleep
But never to touch and never to keep
'Cause you loved her too much
And you dived too deep.

Only know you love her when you let her go
And you let her go.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
membre ›› This Sorrowful Life
≈ hiboux envoyés : 181
≈ inscrit(e) le : 15/01/2015
≈ tes points : 259
≈ avatar : emma stone
≈ crédits : promethee (avatar) + alcaline (signa)
MessageSujet: Re: (lewyn) so close but so far away   Dim 25 Jan - 15:20

so close but so far away

« Mon patron a eu une commande urgente, il m’a demandé de venir l’aider. » fit Lewyn. Cette réponse ne satisfit pas vraiment Autumn qui pourtant acquiesça. Elle ne savait pas sur quel pied danser. D'habitude, il trouvait toujours le moyen de la prévenir afin qu'elle ne s'inquiète pas de ne pas le trouver à la maison en rentrant. À vrai dire, il était rare que la jeune femme ne sache pas où était son frère. Pas parce qu'elle l'espionnait et cherchait à le pister, non, mais plutôt parce qu'ils n'avaient pas vraiment de secrets l'un pour l'autre, et avaient pris l'habitude de se dire où ils allaient à chaque fois. Ils veillaient l'un sur l'autre depuis des années, mais comment faire, s'ils ne savaient même pas où l'autre pouvait se trouver ? Alors bien sûr, elle-même avait parfois omis de dire à son frère qu'elle était dans tel ou tel endroit avec ses amis, mais c'était uniquement parce qu'elle ne s'éloignait jamais trop de là où elle devait être. Quand par exemple elle travaillait au restaurant avec ses amis plutôt qu'à la bibliothèque de l'université de médicomagie, elle ne voyait pas ça comme une trahison. Elle ne s'était même pas posé la question, peut-être à tort. Elle trouvait quand même bizarre que son frère n'ait rien dit. Mais c'était peut-être un peu sa faute à elle aussi. Le temps qu'elle passait à leur appartement était plus réduit que jamais. Le fait qu'elle ait une nouvelle vie dans son monde d'étudiante donnait sûrement l'impression à Lewyn qu'il fallait qu'il lui lâche la grappe et qu'il la laisse vivre un peu sans toujours lui dire où il était. Mais si c'était ça, alors il avait bien tort. Elle s'inquiétait d'autant plus pour lui qu'elle n'était plus toujours à ses côtés. Autumn ne voyait pas bien pourquoi son frère lui aurait menti sur sa présence ici, et sur le fait qu'il travaillait. Bien sûr, qu'elle voulait lui faire confiance. Mais quelque chose lui murmurait qu'il ne disait pas toute la vérité, et c'était de loin ce qui la chagrina le plus dans cette rencontre inattendue. Elle préféra ne rien montrer, cependant, afin de ne pas mettre Lewyn encore plus mal à l'aise qu'il semblait déjà l'être.

Il eut un temps de silence et d'hésitation, quand elle lui demanda si elle avait fait quelque chose de mal. Comme si la question l'ennuyait, et qu'il n'avait pas vraiment envie que la discussion se prolonge. Mais la jeune femme ne lâcha pas le morceau. Il fallait bien qu'elle sache ce qui clochait chez lui. En tous cas, elle ne se voyait pas rejoindre ses amis avant d'avoir un peu creusé. Le Lewyn qu'elle avait en face d'elle ne ressemblait pas tout à fait au Lewyn qu'elle connaissait. « Mais non, tu te fais des idées. La matinée a été plutôt bonne, je suis juste … pressé d’y aller, ce sera plus vite terminé. Et toi ? Vous avez bien travaillé ? » L'insistance sur le dernier mot, qu'il ne sembla pas vraiment maîtriser lui-même, irrita légèrement Autumn. Qu'insinuait-il, au juste, hein ? Qu'elle avait passé sa matinée à traîner avec ses copains, à se marrer et à visiter Londres ? Ce mot sonnait presque comme une accusation. Décidément, Autumn n'avait aucune idée de ce qui passait par la tête de son frère, et eut envie de mettre cela sur le compte de la fatigue. Peut-être avait-il mal dormi. Il était plus irritable depuis qu'ils s'étaient réellement établis à Londres sans le projet de repartir. Il ne le remarquait peut-être pas, et la jeune femme savait que ce n'était pas voulu... Mais pour le coup, aujourd'hui, il en faisait peut-être un peu trop. Pourtant, il n'était pas du genre à passer sa colère sur elle. Elle préféra une nouvelle fois l'épargner en ne l'embêtant pas trop. À la place, elle lui demanda s'il voulait l'accompagner. On pourrait croire qu'elle le faisait par obligation, après ce qui venait de se passer, mais ce n'était pas du tout le cas. Elle préférait mille fois déjeuner en tête-à-tête avec son frère qu'avec ses amis, quand bien même elle avait déjà fait des millions de repas en sa compagnie. Et puis elle aurait aimé le présenter dans de meilleures conditions à ses amis. Après tout, il était une part énorme de sa vie, pour ne pas dire la plus importante, alors il était bien normal qu'elle veuille l'intégrer à ce qu'elle était en train de construire. « J’ai pas vraiment le temps, mais t’inquiète pas, profite de tes amis, ils doivent t’attendre … Et je ne voudrais pas m’immiscer entre vous. » Elle pencha la tête de côté, l'air de dire tu dis vraiment n'importe quoi. Comme s'il allait s'immiscer entre eux. Il en avait, des idées farfelues. Il ne s'agissait pas de s'inviter, au contraire : Autumn aurait été tellement ravie qu'il accepte... Elle était tellement fière de lui, et de la relation qu'ils avaient. Elle voulait la mettre devant les yeux du monde entier. Combien de fois ses amis s'étaient extasiés sur le fait qu'ils s'entendent si bien, qu'ils se comprennent sans même avoir à parler, ou qu'ils partagent des références qui n'appartenaient qu'à eux ? La plupart des gens mettaient ça sur le fait que Lewyn était son frère adoptif, et pas biologique, mais Autumn n'en avait que faire.

« Mais on mange ensemble ce soir ? On pourrait aller dans ce nouveau resto indien ? » Autumn esquissa un sourire. Là, elle retrouvait un peu son Lewyn. Elle lui en parlait depuis le début de la semaine, de ce restaurant, en lui disant qu'elle passait devant tous les jours et qu'elle avait très envie de le tester. Les critiques qu'elle avait entendues étaient très bonnes. « D'accord... » commença-t-elle. « Je suis contente qu'on y aille enfin. Je vais acheter du pop-corn, il faut qu'on regarde L'hippogriffe qui ne voulait pas voler ensuite, on l'a acheté y'a deux semaines et on a toujours pas pris le temps de le regarder tranquilles. » Un ange passa. Autumn se sentait légèrement mieux, mais elle avait la désagréable impression que cette gêne, cette situation étrange n'était ni la première, ni la dernière. Elle remis bien sur son épaule son sac qui commençait à glisser et évita de toucher à l'écharpe, pour que Lewyn ne reporte pas son attention dessus. Elle avait bien remarqué que tout ça ne lui plaisait pas trop. Peut-être était-il un peu trop protecteur. Même si ce n'était pas dans ses habitudes. Elle laissa ses épaules se détendre. « J'espère que tu sais que je ne traîne pas avec eux pour faire la fête, ou pour m'éloigner de toi. C'est pas très fun, tu sais, on passe notre temps à travailler, à s'entraider pour les cours, à se poser des questions sur des trucs dégueulasses qui arrivent au corps à cause de sortilèges ratés... C'est juste que c'est plus sympa de le faire au restaurant que dans la bibliothèque glauque de l'université. » Pourquoi grand dieu se sentait-elle obligée de se justifier là-dessus ? D'aussi loin qu'elle se souvienne, elle n'avait jamais cherché à lui donner des raisons, n'avait pas eu besoin de le rassurer. Il savait très bien lui-même que c'était avec lui qu'elle aurait préféré faire ce genre de choses. « Tu es sûr que tu n'as pas le temps même pour une entrée, ou un petit dessert ? » Tentative ultime pour le garder auprès d'elle et essayer de retrouver un peu de chaleur dans leur relation. S'il partait dans ces conditions, elle ruminerait ça tout l'après-midi, incapable de travailler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
admin ›› power is power.
≈ hiboux envoyés : 406
≈ inscrit(e) le : 22/12/2014
≈ tes points : 311
≈ avatar : Thomas Brodie-Sangster
≈ autres comptes : Andromeda et Willem
≈ crédits : shiya (avatar), lokiddles (sign)
MessageSujet: Re: (lewyn) so close but so far away   Dim 1 Fév - 14:06

Si son premier mensonge sembla passer plus ou moins facilement, Lewyn put constater que la suite fut bien moins acceptée par Autumn. Mais s’il s’en était tenu à refuser son invitation à manger sans ajouter ce sous-entendu sur ce qu’elle faisait en-dehors de leur petite vie à l’appartement, peut-être que la discussion aurait été close et qu’elle n’aurait rien remarqué. Mais il avait fallut qu’il laisse sa langue trahir ses pensées, et Autumn allait très vite comprendre pourquoi il se montrait si froid. Il s’en voulait déjà, de ne pas parvenir à la laisser mener sa vie sans s’y mêler, mais à présent, ça allait devenir pire encore ! Il ne voulait pas qu’elle se doute qu’il crevait de jalousie loin d’elle. C’était un sentiment abject, et sûrement pas quelque chose que leurs parents avaient voulu créer entre eux. Mais Lewyn avait toujours eu du mal à faire la part de ses sentiments envers Autumn. Il la considérait comme sa sœur, une jumelle bien-aimée auprès de qui il avait passé toute sa vie, et en même temps … Il avait passé tellement de temps à penser à la famille qu’il avait eue avant elle, à imaginer quel genre de parents il pouvait avoir, s’il avait des frères et sœurs biologiques quelque part, qu’il ne parvenait pas à s’enlever de la tête cette idée qu’Autumn n’était pas réellement sa sœur, juste une amie extrêmement proche avec qui il avait grandi. Il aurait cru qu’avec les années, il se serait accoutumé à une seule façon de penser et qu’il aurait cessé de se poser des questions de ce genre, mais le temps semblait avoir envenimé les choses. Il avait grandi, il n’était plus un enfant dont le monde était soit tout blanc soit tout noir. Avec Autumn, c’était un monde de nuances qu’il devait appréhender, des nuances qui avaient été exacerbées par l’adolescence et l’éveil de certains sentiments … Il aimait Autumn comme une sœur et sans doute plus encore, il ne savait pas où se faisait l’imperceptible distinction entre les deux, il avait arrêté de chercher. Il ne trouvait pas de réponses et ne parvenait de toute façon pas à modifier sa façon de la voir, sa façon de réagir quand elle était là. Cette jalousie était bel et bien là, impossible à nier, honteuse et dégradante. Mais il devait faire avec. L’accepter. Et essayer de ne pas trop la laisser s’exprimer. Et il venait d’échouer lamentablement sur ce dernier point. Par chance, elle ne fit aucune remarque, elle ne se mit pas non plus en colère, et Lewyn en ressentit un immense soulagement. Il n’était pas tiré d’affaire, certainement pas, mais il allait peut-être échapper sans encombre à la tempête qu’il avait bien failli provoquer.

« D'accord... » Il eut un sourire, sincère cette fois. « Je suis contente qu'on y aille enfin. Je vais acheter du pop-corn, il faut qu'on regarde L'hippogriffe qui ne voulait pas voler ensuite, on l'a acheté y'a deux semaines et on a toujours pas pris le temps de le regarder tranquilles. » Il ne demandait vraiment pas mieux que la perspective d’une soirée avec elle, à manger au restaurant et ensuite se vautrer devant un film en grignotant du pop-corn. C’était une perspective qui le mettait soudain de bien meilleure humeur, presque à en oublier tout le reste. Presque. « Super. J’ai hâte ! » Un petit silence s’installa, et il était en train de se dire qu’il allait repartir pour de bon cette fois, pour la laisser manger avec sa bande d’amis tandis qu’il retournerait à leur appartement, mais elle reprit la parole. « J'espère que tu sais que je ne traîne pas avec eux pour faire la fête, ou pour m'éloigner de toi. C'est pas très fun, tu sais, on passe notre temps à travailler, à s'entraider pour les cours, à se poser des questions sur des trucs dégueulasses qui arrivent au corps à cause de sortilèges ratés... C'est juste que c'est plus sympa de le faire au restaurant que dans la bibliothèque glauque de l'université. » Le répit avait été de courte durée, mais elle avait finalement ressenti le besoin de se justifier face à sa petite pique, et il s’en mordit les doigts. Elle n’avait pas à se justifier, elle ne lui devait rien. S’ils avaient été de vrais frères et sœurs, elle l’aurait envoyé balader en lui disant qu’il n’était pas son père et qu’elle faisait ce qu’elle voulait de sa vie. Ce qui aurait été tout à fait justifié. A moins que les choses se passent ainsi dans toutes les familles ? Lewyn n’en savait pas grand-chose, à vrai dire. Il se sentait mal d’avoir en quelque sorte exigé une explication, qu’il avait fini par obtenir … Et qui plus est, ne le satisfaisait même pas vraiment. Parce qu’elle était parfaitement adaptée à la situation, que c’était une explication tout à fait valable et donc qu’il n’avait plus de raison de lui en vouloir … Et qu’il le savait depuis le début, au fond. Bien sûr qu’elle allait là-bas pour travailler, elle tenait tant à son diplôme ! « Tu es sûr que tu n'as pas le temps même pour une entrée, ou un petit dessert ? » La seule évocation du dessert rappela à Lewyn qu’il mourait de faim, et son estomac sembla trouver approprié de se mettre à gargouiller bruyamment juste à ce moment. Lewyn tenta de rester impassible, comme s’il n’avait rien entendu, et hocha finalement la tête après ce qu’il essaya de faire passer comme un temps de réflexion. Alors là, s’il ne passait pas pour le pire menteur que Londres ait porté … « Okay … Juste une entrée alors, sinon je vais finir par être vraiment à la bourre. » Fit-il avant de se diriger, aux côtés d’Autumn, dans la direction où ses amis étaient partis. Son estomac allait le remercier pour ça, et peut-être qu’il allait réussir à arranger les choses avec a sœur, ça valait bien le coup de supporter un petit moment ses amis et le mec-sans-écharpe … « Je sais que tu passes ton temps à réviser tes cours, tu n’as pas besoin de te justifier. C’est que … Enfin, voilà. Mais je suis fier que ma petite Poufsouffle se soit remise à travailler, tu sais. A force de t’acharner, tu vas obtenir ce diplôme en un rien de temps. » Il avait bien faillit dire une bêtise, et s’était arrêté juste à temps. Il avait tenté de noyer son début de phrase en changeant de sujet, et il accéléra le pas comme pour laisser derrière lui les paroles qu’il avait failli prononcer. Rapidement, ils rattrapèrent les amis d’Autumn qui patientaient devant le restaurant. Il les détailla à nouveau des pieds à la tête et repéra immédiatement celui qui n’avait pas d’écharpe autour du cou – autant dire qu’il lui trouva un air vide et un peu abruti et qu’il se demanda ce qu’Autumn pouvait bien lui trouver … Il essaya de ne pas montrer sa mauvaise humeur, cette fois, mais il ne parvint pas à s’intégrer à la conversation. Malgré lui, ses yeux revenaient toujours vers le garçon qu’il imaginait être celui qui avait prêté son écharpe à Autumn, et ça le coupait complètement du reste. Lui qui était d’un naturel avenant et qui parvenait à discuter avec à peu près n’importe qui, avait soudain beaucoup de mal à s’immiscer dans ce groupe d’amis. Et il regretta très vite d’avoir accepté de venir manger un morceau avec eux … Mais il ne savait pas du tout comment il pouvait se sortir de là rapidement.

_________________

Well you see her when you fall asleep
But never to touch and never to keep
'Cause you loved her too much
And you dived too deep.

Only know you love her when you let her go
And you let her go.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
membre ›› This Sorrowful Life
≈ hiboux envoyés : 181
≈ inscrit(e) le : 15/01/2015
≈ tes points : 259
≈ avatar : emma stone
≈ crédits : promethee (avatar) + alcaline (signa)
MessageSujet: Re: (lewyn) so close but so far away   Mer 4 Fév - 17:46

so close but so far away

Autumn avait horreur des conflits. Elle les évitait comme la peste depuis son plus jeune âge. On va dire qu'elle était plutôt le genre de personne qui essayait de calmer les choses dés que les voix s'élevaient un peu trop. L'idée seule qu'il puisse exister un conflit entre elle et son frère la glaçait. Alors bien sûr, qu'elle allait tout faire pour se sortir de cet espèce de sable mouvant dans lequel ils s'étaient embourbés. Elle le regardait avec ses yeux plein de supplications, parce qu'elle savait qu'il ne lui refusait rien quand elle faisait ça. Malgré le froid qui s'était installé, elle espérait que ses combines marcheraient toujours. Elle eut presque envie de sauter de joie quand elle eut finalement gain de cause. « Okay … Juste une entrée alors, sinon je vais finir par être vraiment à la bourre. » Il marcha donc à ses côtés jusqu'au restaurant français où ils rejoignirent ses amis, qui les attendaient devant la porte, là où tout le monde fumait des cigarettes. Autumn balaya les fumées de la main, elle avait horreur de ça. Quelle fierté de pouvoir marcher aux côtés de Lewyn devant ses amis ! C'était peut-être idiot. Mais elle était contente, et c'était ce qui comptait le plus. « Je sais que tu passes ton temps à réviser tes cours, tu n’as pas besoin de te justifier. C’est que … Autumn fronça les sourcils. Elle attendait avec impatience qu'il finisse sa phrase. Peut-être que s'il lui disait ce qu'il avait sur le cœur, le malaise s'évaporerait comme par magie et ils pourraient recommencer, comme avant. « Enfin, voilà. Mais je suis fier que ma petite Poufsouffle se soit remise à travailler, tu sais. A force de t’acharner, tu vas obtenir ce diplôme en un rien de temps. » Alors ça, ce n'était pas franchement ce qu'elle attendait. C'était comme si Lewyn avait ravalé ses mots, parce qu'il avait eu peur de dire une bêtise, ou quelque chose dans ce genre. En tous cas, Autumn était carrément déçue. Il renonçait rarement à lui parler de la sorte. Elle appréciait totalement ses compliments mais... Quelque chose gâchait sa joie. Elle aurait aimé continuer à essayer de creuser mais.. Ils étaient arrivés à hauteur des autres. Benjamin lui lança un regard interrogateur, qu'elle ignora. Il lui avait demandé plusieurs fois si ce n'était pas bizarre d'avoir un frère adoptif qu'elle n'avait pas connu dés la naissance. Le fait qu'ils vivent ensemble, tout ça.. Ben avait du mal à saisir comment c'était possible, de ne pas avoir une relation un peu ambiguë. Ce mec ne comprenait rien à rien, de toute manière. Peut-être était-ce parce qu'il avait envie de sortir avec elle, ou quelque chose du genre. La jeune femme relança la conversation avec Andrew et ils s'engouffrèrent tous dans le restaurant. Le serveur leur indiqua une table où ils s'installèrent. Autumn se plaça en face de Lewyn, et Ben trouva le moyen de s'asseoir à côté d'elle, ce qui la dérangea un peu. Elle se sentait un peu gênée que Ben montre l'intérêt qu'il avait pour elle devant Lewyn. Pourquoi, elle n'en avait aucune idée. Mais ça la mettait carrément mal à l'aise. Elle espérait qu'il ne ferait rien qui la rende encore plus inconfortable. Elle préféra d'ailleurs dés le début essayer de le lui faire comprendre en posant toute son attention sur son frère. Elle indiqua une ardoise à Lewyn sur laquelle les plats du jour étaient écrits. « Je crois que je vais même pas réussir à choisir, tout a l'air tellement bon » Elle pinça les lèvres. « Je vais peut-être directement prendre un plat. Il paraît que les galettes c'est super bon, c'est comme des crêpes, mais avec des trucs salés dedans. Comme des pancakes même peut-être, je sais pas trop. Mais ça me tente bien. Je regrette qu'on soit pas passés par la Bretagne, quand on est allés en France, il paraît que c'est un coin magique. » Le serveur vint prendre leurs commandes. Autumn opta pour un verre de vin français, une galette jambon-fromage et elle commanda finalement une entrée, des carottes râpées toutes simples. « On pourra peut-être y aller, en Bretagne, si tu as des vacances cet été. Tu crois que tu pourras en obtenir même si tu n'as pas commencé à travailler chez le fabricant de jouets depuis plus d'un an sans interruptions ? » Ben, à côté, semblait presque s'impatienter, ce qu'Autumn trouva presque ridicule. D'habitude, il n'était pas si bizarre. Il n'agissait pas comme si elle lui devait une part d'attention. « Tu travailles sur quoi en ce moment ? » Bien sûr, qu'ils étaient à une table avec trois autres personnes. Mais Autumn mettait un point d'honneur à montrer à Lewyn que c'était comme s'ils étaient tous les deux. Elle ne laisserait certainement pas Ben ruiner ses efforts pour faire disparaître le malaise entre eux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
admin ›› power is power.
≈ hiboux envoyés : 406
≈ inscrit(e) le : 22/12/2014
≈ tes points : 311
≈ avatar : Thomas Brodie-Sangster
≈ autres comptes : Andromeda et Willem
≈ crédits : shiya (avatar), lokiddles (sign)
MessageSujet: Re: (lewyn) so close but so far away   Sam 14 Fév - 23:30

C’était une mauvaise idée, d’avoir accepté de manger avec Autumn et ses amis. Et Lewyn s’en rendit compte dès qu’ils s’installèrent à table. Il s’assit juste en face d’elle, étant la seule qu’il connaissait, et il ne put manquer une seule miette de l’empressement avec lequel le mec-sans-écharpe s’installa à côté d’elle. Pour Lewyn, c’était une confirmation criante de ce qu’il avait soupçonné, et il s’assombrit encore davantage. Il ne supportait pas la vue de ce type, qu’il avait immédiatement catalogué dans la catégorie des mecs lourds et sans intérêt, mais au moins il n’avait même pas à tourner la tête pour vérifier la façon dont il se comporterait avec Autumn. Lewyn se sentait prêt à lui planter sa fourchette dans la main au moindre geste déplacé … Mais il valait mieux qu’il se calme plutôt que d’imaginer ce genre de choses. S’il restait aussi tendu, il risquait de dire ou de faire quelque chose de regrettable, et humilier ainsi Autumn devant ses amis n’était pas une bonne idée. Vraiment pas. Il fit un signe au serveur pour qu’il se dépêche de venir prendre leurs commandes, avant de plonger dans son menu pour se soustraire à toute conversation intempestive. Mais c’était sans compter sur Autumn, qui n’avait pas l’intention de le laisser s’enfermer dans son silence. « Je crois que je vais même pas réussir à choisir, tout a l'air tellement bon » Il leva les yeux vers elle, pas certain qu’elle se soit adressée à lui, ni même que cela demande une réponse de sa part. Dans le doute, il s’abstint. « Je vais peut-être directement prendre un plat. Il paraît que les galettes c'est super bon, c'est comme des crêpes, mais avec des trucs salés dedans. Comme des pancakes même peut-être, je sais pas trop. Mais ça me tente bien. Je regrette qu'on soit pas passés par la Bretagne, quand on est allés en France, il paraît que c'est un coin magique. » Ah, pour le coup elle s’adressait vraiment à lui. Il émergea de son menu, dont il avait relu dix fois la première ligne sans parvenir à passer aux suivantes. Il n’avait donc pas la moindre idée de ce qu’étaient les galettes, en dehors de la description que venait de faire Autumn. « C’est grand, la France, on ne pouvait pas tout voir d’un coup. » Lâcha-t-il finalement, un peu gêné. Ils ne s’étaient pas focalisés sur les meilleurs coins de France quand ils y étaient allés, il le savait très bien. Ils avaient suivi la piste qu’il avait trouvée, mais elle ne passait pas par les endroits touristiques, et ils seraient même partis sans voir Paris si Autumn n’avait pas insisté pour qu’ils fassent un dernier détour. A cette époque, Lewyn n’avait pas eu du tout envie de voir Paris, ni quoi que ce soit d’autre, trop énervé par son nouvel échec, mais il fallait avouer qu’il avait apprécié de visiter la ville Lumière avec sa sœur. La Bretagne faisait sans doute partie de la longue liste de choses qu’elle aurait voulu voir lors de leurs voyages mais dont il l’en avait empêché.

Le serveur arriva finalement, et ils passèrent leur commande. « Juste un plat, hein. » Se moqua Lewyn en entendant la commande de sa sœur. Il la connaissait mieux que ça, il savait qu’elle était incapable de résister aux menus complets, même quand elle disait ne pas avoir faim. Et généralement il était exactement comme elle, mais il mit un point d’honneur à ne pas regarder les plats et les desserts pour ne pas être tenté. Il commanda seulement une grosse salade, se promettant de faire une razzia dans le frigo en rentrant. Mais il devait conserver les apparences, et sauver son mensonge jusqu’au bout. « On pourra peut-être y aller, en Bretagne, si tu as des vacances cet été. Tu crois que tu pourras en obtenir même si tu n'as pas commencé à travailler chez le fabricant de jouets depuis plus d'un an sans interruptions ? » La proposition de vacances s’effectua sous le regard agacé du mec-sans-écharpe, un détail que Lewyn remarqua avec un certain plaisir, et il prit le temps de croiser son regard avant de regarder à nouveau sa sœur. En d’autres circonstances, il aurait adoré narguer le type jusqu’au bout en acceptant immédiatement la proposition et en surenchérissant sur toutes les merveilles qu’ils pourraient faire quand ils seraient ensemble en vacances, mais à cet instant, il ne sut pas quoi répondre. Repartir avec elle en vadrouille ? Il en rêvait. Mais une part de lui se disait qu’elle ne lui proposait ça que pour être polie. Dans dix mois, quand elle aurait quelques congés bien mérités, elle ne voudrait pas les passer avec lui. C’était fini, cette époque. Elle avait sa vie, ses amis, et il devait l’accepter et couper le cordon avant que cela ne devienne trop douloureux. Mais elle lui avait donné une excuse parfaite pour éluder. « Je ne sais pas, mon patron n’a pas trop apprécié toutes les fois où on est partis, il voudrait que je devienne son associé à part entière et pour ça il faut que je sois plus constant … Cet été, je ne sais pas si je pourrais partir. » Le mensonge était sorti tout seul, aisément. Ted n’avait jamais montré le moindre agacement sur ses absences, et il n’avait jamais parlé de faire de lui un véritable associé, mais ça paraissait une bonne excuse. « Peut-être que pour une fois, tu pourras partir avec tes amis. Vous fêterez la fin de votre session ensemble, tout ça. Ils veulent sans doute voir la Bretagne, eux aussi ? » Ajouta-t-il en évitant cette fois soigneusement le regard du type-sans-écharpe, et en lançant un sourire à la fille à côté d’Autumn. Il n’avait même pas retenu son nom, et pour le coup il le regretta un peu. Qu’il ne sache pas le nom de l’autre abruti, ça ne dérangeait pas, mais ses deux autres amis valaient sans doute la peine d’être connus. Ce serait pour une autre fois …  « Tu travailles sur quoi en ce moment ? » Lewyn reposa son regard sur sa sœur. « On a eu une commande pour des balais-jouets un peu améliorés, ça nous demande pas mal de temps. » Cette explication donnée, il se pencha vers la porte menant aux cuisines, comme s’il pouvait invoquer la venue du serveur par la seule force de son regard. Il était mal à l’aise ici, et plus vite sa nourriture arriverait, plus vite il serait parti ! « Et vous ? Quelle est la maladie bizarre au programme ? »

_________________

Well you see her when you fall asleep
But never to touch and never to keep
'Cause you loved her too much
And you dived too deep.

Only know you love her when you let her go
And you let her go.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: (lewyn) so close but so far away   

Revenir en haut Aller en bas
 

(lewyn) so close but so far away

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» (lewyn) so close but so far away
» Video : Goalkeeper - Phalanx (CIWS = close-in weapon system)
» Couche pop in (close parent)
» Tous vos avis sur les couches lavables pour ma récap!!!
» Quizz para.
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Preasidum Facere :: LONDON BRIDGE IS FALLING DOWN :: london city-
Sauter vers: